Camille de Toledo

Écrivain, juriste et docteur en littĂ©rature comparĂ©e

Camille de Toledo est Ă©crivain, docteur en littĂ©rature comparĂ©e. Il enseigne Ă  l’Atelier des Ă©critures contemporaines de l’ENSAV (La Cambre), Ă  Bruxelles. Il est l’auteur, notamment, de Le HĂȘtre et le Bouleau, essai sur la tristesse europĂ©enne (2009), Vies potentielles(2010), L’InquiĂ©tude d’ĂȘtre au monde (2012), Le livre de la faim et de la soif (2017). Il a Ă©tudiĂ© l’histoire, le droit, les sciences politiques et la littĂ©rature. En 2004, il obtient la bourse de la Villa MĂ©dicis. En 2008, il fonde la SociĂ©tĂ© europĂ©enne des auteurs pour promouvoir « la traduction comme langue ». En 2012, il part vivre Ă  Berlin aprĂšs la mort de son frĂšre, de sa mĂšre et de son pĂšre. EngagĂ© pour une reconnaissance juridique des Ă©lĂ©ments de la nature, il a orchestrĂ© le processus instituant des Auditions pour un parlement de Loire (2019-2020), avec le PĂŽle Art et Urbanisme, dont est sorti Le fleuve qui voulait Ă©crire, rĂ©cit de ce qu’il nomme « le soulĂšvement lĂ©gal de la Terre. » Il a conduit parallĂšlement un cycle autour de l’enquĂȘte avec l’École urbaine de Lyon sous le titre : EnquĂȘter, enquĂȘter, mais pour Ă©lucider quel crime ? Son dernier roman, ThĂ©sĂ©e, sa vie nouvelle, paru aux Ă©ditions Verdier Ă  la rentrĂ©e 2020, a reçu le prix de la crĂ©ation de l’AcadĂ©mie française et le prix Franz Hessel. Dans Les potentiels du temps (2018) co-signĂ© avec Aliocha Imhoff et Kantuta Quiros, il dĂ©finit sa pratique artistique, qui entrelace narration et art, sous le terme d’« institutions potentielles ». Sa recherche porte sur ce qu’il nomme la « blessure » entre les encodages humains (la fiction, les langages, les rĂ©cits) et le monde de la nature. C’est notamment en ce sens que sa thĂšse de doctorat portait sur le « vertige ». (Une histoire du vertige, de Cervantes Ă  Sebald).

Participations

Évùnement

Conversation // De quoi serions-nous coupables ? Politiques de la culpabilité

Bibliographie

Retour Ă  la liste des intervenants