Que croire ? Qui croire ?

Si les miracles existent, dit Pascal, Dieu existe. Si les miracles existent, lui fait Ă©cho Spinoza, Dieu n’existe pas. Qu’est-ce que cela signifie, exactement, « croire en Dieu » ? Cette croyance est-elle identique Ă  celle qui fait croire en la rĂ©surrection de Lazare? Est-ce la mĂȘme chose que croire aux fantĂŽmes ou aux malheurs qu’annoncent les miroirs brisĂ©s ou les chats noirs ? Si on croit ce que tu dis, on a quelques raisons de ne pas t’estimer menteur. Mais, si on croit en toi, on n’a pas besoin de preuve pour penser que tu seras meilleur. Et si on croit seulement que dimanche il fera beau ou que le monastĂšre de Khor Virab est situĂ© prĂšs d’Erevan, c’est qu’on n’a pas assez d’Ă©lĂ©ments pour le savoir avec certitude. On le voit : c’est un vĂ©ritable casse-tĂȘte que de dĂ©finir ce que croire veut dire. Quand on croit, on peut ĂȘtre croyant ou crĂ©dule, avoir une croyance religieuse, morale ou superstitieuse, avoir la foi en l’Autre, en l’Homme, en la Science, attendre que les morts nous parlent ou que les tables tournent, tout gober, ĂȘtre dupe, se trouver en dĂ©faut de connaissance, espĂ©rer, faire confiance… Mais est-il possible de « ne pas croire » ? Que devrait-on apporter ou ĂŽter Ă  l’homme pour qu’il puisse, non pas ne croire en rien, ni croire tout et n’importe quoi, mais « ne plus croire » ? Et si un tel homme Ă©tait seulement imaginable, que gagnerait-il Ă  ĂȘtre sans croyance ?

Intervenants

AprÚs l'obtention d'un Master en philosophie des sciences à l'Université de Lausanne (Suisse), Laurent Cordonier y a mené à bien


En lire plus

Camille Riquier est professeur de philosophie et vice-recteur à la Recherche à l'Institut catholique de Paris, membre de la revue


En lire plus

Partagez