Philoblog

« Peut-on renouer avec la nature ? » – décembre 2021

 VENDREDI 10 DÉCEMBRE
18H – 20H Théâtre Princesse Grace
Peut-on renouer avec la nature ?
CONVERSATION

Présentée par Robert MAGGIORI, membre fondateur philosophe
Avec
Christian GODIN, philosophe
Caroline LEJEUNE, politiste

Gregory QUENET, historien

La notion de «nature» a de telles arborescences de sens que les controverses naissent dès qu’on tente de la définir, et, en même temps, elle apparaît fixée par mille chevilles à l’histoire de la pensée, et inéliminable. La «nature» serait «tout ce qui est né» et «est là», l’ensemble des phénomènes, l’essence de quelque chose, mais on dit «naturel» ce qui n’est pas artificiel – sinon ce qui n’est pas «spirituel», quand en théologie le «naturel» est synonyme de «rationnel» – et on fait enfin référence à «sa nature propre» pour désigner quelque chose comme un instinct irrépressible. On parle de «nature humaine», mais on fait  retour à la nature», et l’on s’y promène. On l’a tenue pour l’ensemble des ressources dont l’homme se voulait « maître et possesseur» – et de fait l’homme et ses techniques l’ont exploitée sans limites, jusqu’à la défigurer, en briser les équilibres, la détruire, en compromettre l’avenir. Dès lors ont été ravivés les mythes d’un retour romantique au «naturel», à une nature originelle et immaculée. Dès lors, surtout, est née la conscience d’un nécessaire dépassement de l’anthropocentrisme, s’est ouvert l’horizon d’une écologie intégrale dans laquelle l’homme assume la responsabilité de bâtir une relation de respect, de soin, de protection de la nature inerte et du vivant, de tous les vivants, humains et non-humains. Comment penser une telle relation aujourd’hui ?

 

RÉSERVER

 VENDREDI 10 DÉCEMBRE
18H – 20H Théâtre Princesse Grace
Peut-on renouer avec la nature ?
CONVERSATION

Présentée par Robert MAGGIORI, membre fondateur philosophe
Avec
Christian GODIN, philosophe
Caroline LEJEUNE, politiste

Gregory QUENET, historien

La notion de «nature» a de telles arborescences de sens que les controverses naissent dès qu’on tente de la définir, et, en même temps, elle apparaît fixée par mille chevilles à l’histoire de la pensée, et inéliminable. La «nature» serait «tout ce qui est né» et «est là», l’ensemble des phénomènes, l’essence de quelque chose, mais on dit «naturel» ce qui n’est pas artificiel – sinon ce qui n’est pas «spirituel», quand en théologie le «naturel» est synonyme de «rationnel» – et on fait enfin référence à «sa nature propre» pour désigner quelque chose comme un instinct irrépressible. On parle de «nature humaine», mais on fait  retour à la nature», et l’on s’y promène. On l’a tenue pour l’ensemble des ressources dont l’homme se voulait « maître et possesseur» – et de fait l’homme et ses techniques l’ont exploitée sans limites, jusqu’à la défigurer, en briser les équilibres, la détruire, en compromettre l’avenir. Dès lors ont été ravivés les mythes d’un retour romantique au «naturel», à une nature originelle et immaculée. Dès lors, surtout, est née la conscience d’un nécessaire dépassement de l’anthropocentrisme, s’est ouvert l’horizon d’une écologie intégrale dans laquelle l’homme assume la responsabilité de bâtir une relation de respect, de soin, de protection de la nature inerte et du vivant, de tous les vivants, humains et non-humains. Comment penser une telle relation aujourd’hui ?

 

RÉSERVER

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Articles récents

On croit avoir dit le dernier mot quand, spontanément, on avance qu’être libre, c’est faire ce qu’on veut, ou que la liberté de l’un s’arrête où commence celle de l’autre…

Lire
Aucun commentaire
31 mars 2022

Soirée de solidarité avec le peuple ukrainien et de soutien aux chercheurs et étudiants victimes de la guerre en Ukraine.

Lire
Aucun commentaire
16 mars 2022

On se demande d’où on tire son épingle quand on la tire du jeu, ce qu’on a exactement quand on a beau jeu ou quand on joue avec le feu, à quel jeu on joue quand on ne joue pas le jeu…

Lire
Aucun commentaire
3 février 2022

À l'origine des Rencontres ...

Ceci n'est pas une télévision ...

L'actualité philosophique...