Saison 2019/2020

Le Temps

L'irréversible et la nostalgie

Temps et conscience

17 Oct
jeudi 17 octobre 2019 19H > 21H

L’être humain recèle toujours une certaine nostalgie. Et sans doute cette expérience de la nostalgie est-elle, avec l’émerveillement, la source du philosopher. En quoi consiste-t-elle, la nostalgie ? En l’appel d’un passé révolu ou d’un lieu perdu. Or cet appel n’émane pas d’un passé ou d’un lieu vers lequel l’être humain n’aurait qu’à retourner afin de s’y installer ou s’y cloîtrer au détriment de son présent. Cette interpellation, comme le remarquait Novalis, engage l’être humain à voir au cœur du présent se révéler la pleine conscience du temps, et donc l’irréversibilité essentielle de la temporalité. Pleine conscience du temps au cœur du présent, la nostalgie n’est ainsi jamais le retour à ce qui aura été oublié, à la terre natale que l’on aurait quittée ou à l’enfance perdue. Bien plutôt, la nostalgie, cette « douleur que pose la proximité du lointain », pour reprendre ici la phrase de Heidegger, si elle nous expose à une certaine expérience du retour, nous fait se retourner vers une autre terre que celle que nous aurions quittée, une autre enfance que celle que nous aurions vécue, et nous engage à une autre remémoration que la représentation de ce qui aurait été oublié. La nostalgie, justement parce que le temps a et est passé, nous plonge dans la constatation que l’instant vécu au présent, on ne le vivra jamais plus. On le vit pleinement et en le vivant, il passe aussi hors du présent pour se conjuguer au passé. C’est pourquoi l’instant vécu, même s’il passe et se voit dépassé, n’est jamais entièrement perdu. Il vient habiter la mémoire, là où la réminiscence peut toujours rappeler le passé au présent dans l’expérience du souvenir. Mais est-ce là une chance ou un malheur ? Une richesse ou un tourment ? L’être humain, pris dans l’invariabilité irréversible du temps, se voit-il condamné à vivre dans la douleur du temps passé ou alors celle-ci peut-elle le projeter vers ce qu’il a à être ? Et si oui, comment ? À partir de quel temps la pensée philosophique ouvre-t-elle à la possibilité pour l’humain de constituer une idée d’humanité capable d’incarner à la fois une conscience du passé historique tout en l’orientant vers un avenir ?

Les intervenants

Philosophe et psychanalyste
Philosophe et psychanalyste

Cynthia Fleury est enseignant - chercheur en philosophie politique et psychanalyste. Professeur à l'École des mines (PSL/Mines-ParisTech) et à l'American University of Paris, chercheur au Laboratoire Conservation des Espèces, Restauration et Suivi des Populations, Muséum National d’Histoire Naturelle (UMR7204 CNRS-MNHN-UPMC). Elle travaille sur les outils de la régulation démocratique. Elle est membre du Comité consultatif national d'éthique et membre fondateur du réseau européen des femmes philosophes de l’Unesco. En tant que psychanalyste, elle est marraine d’ICCARRE (protocole d’intermittence du traitement du Sida) et membre de la cellule d’urgence médico-psychologique du SAMU (CUMP-Necker). Depuis 2016 elle dirige la chaire de philosophie à l'Hôpital Hôtel-Dieu (AP-HP/Paris et ENS). Elle tient également, depuis 2003, une tribune libre hebdomadaire dans le journal l'Humanité. 

Philosophe

Camille Riquier est professeur de philosophie et vice-recteur à la Recherche à l'Institut catholique de Paris, membre de la revue Esprit et lauréat de l'Académie française pour son ouvrage Archéologie de Bergson qui a reçu le prix La Bruyère. Il est co-rédacteur des annales bergsonniennes.  

Adèle Van Reeth est philosophe et productrice de l’émission Les Chemins de la philosophie qu’elle anime sur France Culture depuis 2011. Après des études en classe préparatoire littéraire, elle intègre l’École normale supérieure. Elle travaille alors sur le philosophe américain Stanley Cavell, le cinéma, et la pensée de l’ordinaire. Depuis 2018, elle anime également l’émission littéraire Livres & vous diffusée sur Public Sénat.BIBLIOGRAPHIE -Le Complexe de Shéhérazade, avec Joann Sfar, L’Observatoire, 2018 -La Pudeur, avec Éric Fiat, Plon, 2016 -Le Snobisme, avec Raphaël Enthoven, Plon, 2015

Infos pratiques

THÉÂTRE PRINCESSE GRACE
12, avenue d’Ostende 98000 Monaco
Accès

Parking :
-D’Ostende (74 places), accès en voiture : avenue d’Ostende

Bus :
-Lignes 1,2 et 6 ; arrêt Ostende
-Bus de nuit à partir de 21h30