Philoblog

Atelier philosophique : « Faut-il avoir peur de la mort ? »

Avec le podcast audio Nadine et Robert les poissons rouges, « Une histoire et… Oli »,  France Inter
Dans le cadre des Journées « Les Jeunes philosophent » : LE TEMPS, Mai 2020

 

Philosophons avec nos enfants !

Plus que jamais, prenons le temps de philosopher avec les enfants, offrons-leur des oasis de pensée pour répondre à toutes les questions qu’ils se posent inévitablement en ce temps de crises. Lire, écouter, raconter des histoires permet d’aborder avec délicatesse, poésie et humour des thématiques parfois angoissantes, même pour les adultes. Elles sont une excellente médiation pour philosopher avec les enfants : que ce soit pour les parents ou les enseignants discuter à partir d’une histoire permet de mettre un peu de distance pour penser sans être envahis par les émotions. La littérature permet ainsi d’approfondir la réflexion, de sortir de l’anecdote et de prendre du recul pour penser de façon plus sereine. Les histoires nous amusent, nous divertissent, nous font voyager, mais elles nous aident aussi et surtout à grandir et à mieux donner sens aux mondes.

 

Quelques pistes philosophiques pour en discuter avec les enfants

La mort est sûrement la première des questions. Première parce qu’elle se pose très tôt, dès 3 ans, quand les enfants prennent conscience de son existence et de son caractère extrêmement sensible : pourquoi tant de tristesse, de gêne de la part des adultes à son évocation ? Première aussi parce que peut-être la question la plus essentielle puisqu’elle conditionne toutes les autres sur le sens de l’existence et de la condition humaine. Paradoxalement, dans nos sociétés occidentales contemporaines, la mort est à la fois partout et nulle part : partout même dans l’univers enfantin (dans les jeux, les films, l’actualité) et nulle part car elle reste un sujet tabous et abstrait. La crise du coronavirus nous a ainsi rappelé brutalement la fragilité de notre existence.

Mais la conscience de la mortalité est à la fois une tragédie et une chance pour les Hommes. Tragédie parce qu’elle génère l’angoisse fondamentale de disparaître et d’être séparé définitivement de ceux qu’on aime mais aussi une chance parce que c’est elle qui donne finalement toute sa saveur, toute sa valeur à notre existence. Si nous étions immortels, notre existence aurait-elle la même saveur ? Sûrement pas, car c’est la conscience de notre finitude qui nous pousse à faire des choix qui déterminent le sens de notre vie.

Le scandale de la mort est surtout en fait quand elle intervient trop tôt, quand on n’a pas eu le temps de se réaliser, d’avoir eu « une belle vie ». Ce qui est douloureux, c’est la perte d’un être cher, c’est le manque et l’absence. Ainsi pour Épicure, il ne faut pas avoir peur de la mort en elle-même puisque : « Le mal qui nous effraie le plus, la mort, n’est rien pour nous puisque lorsque nous existons la mort n’est pas là et lorsque la mort est là, nous n’existons plus » (Lettre à Ménécée).

Se poser la question de la mort, c’est aussi poser la question de l’après. Toutes les civilisations cherchent à comprendre et à se représenter ce qu’il y a après le grand passage et ont élaboré des croyances qui tendent de répondre à cette angoisse fondamentale. Mais la mort reste une énigme et les croyances relèvent de la sphère intime et personnelle. Ainsi quelques soient nos convictions sur l’existence ou non d’un Au-delà, nous avons besoin de ritualiser le départ des êtres chers et de nous en souvenir – comme le raconte très bien l’épisode de « Oli » Nadine et Robert les poissons rouges : l’être disparu continue d’exister quelque part dans le souvenir et le cœur de ceux ou celles qui l’ont aimé.

 

Résumé de l’histoire

Nadine et Robert les poissons rouges
par Delphine Le Vigan
https://www.franceinter.fr/emissions/une-histoire-et-oli/nadine-et-robert-les-poissons-rouges :

« Un père emmène son fils enterrer l’un de ses poissons rouges qui vient de mourir. Mais dans Paris, la tâche ne se révèle pas si commode. Père et fils doivent ruser pour trouver une dernière demeure calme, agréable et même aquatique au petit poisson. »

 

Questions de relance pour discuter avec les enfants

– Qu’est-ce que ça veut dire « être mort » ?
– Est-ce que c’est normal d’avoir du chagrin quand quelqu’un meurt ?
– Pourquoi le petit garçon et son papa veulent absolument enterrer Nadine ?
– Que penses-tu de la réaction du gardien ?
– Est-ce que Nadine est vraiment partie en voyage ?
– Qui a envoyé la carte postale à Robert ?
– Qu’est-ce qui permet de rendre la mort moins triste ?
– Peut-on savoir ce qu’il y a après la mort ?
– Est-ce que ce serait bien d’être immortel ? Oui ? Non ? Pourquoi ?

 

D’autres lectures pour continuer la réflexion à l’école et à la maison


Kitty Crowther, Moi et rien, L’école des loisirs
https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/moi-rien
Une petite fille, Lila, fait face au deuil de sa mère grâce à un ami imaginaire qu’elle appelle « Rien ». Ce qui est peut-être le plus douloureux dans la mort, c’est qu’elle nous sépare de ceux qu’on aime. Mais la vie continue malgré la douleur et l’absence que petit à petit le temps et le souvenir parviennent à amoindrir.

 


Pascal Teulade
, Bonjour Madame la Mort, L’école des loisirs
https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/bonjour-madame-mort
Une très vieille dame de 99 ans n’a nullement envie de mourir. Le jour où la mort se présente à sa porte, elle refuse obstinément de comprendre qu’il est temps pour elle de partir. La mort, dépitée, se laisse attendrir par la douceur et la joie de vivre de la vieille dame. Elle s’installe chez elle et elles deviennent amies. Mais la mort doit repartir car en son absence le monde ne tourne plus rond ! Alors la vieille dame se décide à la suivre. Mais avant de quitter sa maison, elles s’organisent une dernière petite fête. La vieille dame peut alors reposer en paix.

 


Kay Fender, Philippe Dumas, Odette, un printemps à Paris, L’école des loisirs
https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/odette-printemps-a-paris
Cet album nous raconte la rencontre entre un oiseau, tombée du nid, Odette, et un vieux monsieur qui gagne sa vie en jouant de la musique dans le métro. Cette rencontre va peu à peu redonner de la joie de vivre au vieil homme. Mais à l’arrivée de l’hiver, Odette migre vers l’Afrique. Quand elle revient au printemps, le vieil homme n’est plus là mais il continuera d’exister dans le souvenir de son amie. Sa mort n’est donc pas racontée comme un événement scandaleux ou tragique mais comme la suite logique  d’une vie accomplie et heureuse puisqu’il aura connu l’amitié et qu’il continue de vivre à travers celle qu’il a aimé.

 


Brigitte Labbé, Michel Puech, La vie, la mort, Editions Milan, coll. « Les Goûters philo »
https://www.editionsmilan.com/livres-jeunesse/documentaires/6-10-ans/la-vie-et-la-mort
A partir de petits récits très ludiques ou de situations très concrètes, les auteurs invitent les jeunes lecteurs (et les adultes qui les lisent aussi !) à réfléchir sur la question. L’ouvrage permet de faire le tour de la question philosophique de façon très synthétique, claire et complète.

 


Revue Philéas et Autobule. « Pourquoi on meurt », n° 59, avril 2018
https://www.phileasetautobule.be/numero/59-pourquoi-meurt-on/
Cette revue de philosophie pour enfants propose des récits et des jeux pour aborder de façon ludique les grandes questions philosophiques.

 

Présentation élaborée avec Edwige Chirouter, philosophe, maitre de conférences HDR à l’Université de Nantes et membre du CREN (Centre de Recherche en Education de Nantes). Spécialiste de Jean-Jacques Rousseau et des liens entre philosophie et littérature, elle applique désormais ses recherches à la pratique de la philosophie avant la Terminale et à l’école primaire en particulier.  Elle est titulaire de la Chaire UNESCO – « Pratiques de la philosophie avec les enfants : une base éducative pour le dialogue interculturel et la transformation sociale ».

 

La série de podcasts audio « Une histoire et… Oli » est produite et diffusée par France Inter
https://www.franceinter.fr/emissions/une-histoire-et-oli

Retrouvez les activités des Journées « Les Jeunes philosophent » sur le site des Rencontres Philosophiques de Monaco http://philomonaco.com/blog/

Avec le podcast audio Nadine et Robert les poissons rouges, « Une histoire et… Oli »,  France Inter
Dans le cadre des Journées « Les Jeunes philosophent » : LE TEMPS, Mai 2020

 

Philosophons avec nos enfants !

Plus que jamais, prenons le temps de philosopher avec les enfants, offrons-leur des oasis de pensée pour répondre à toutes les questions qu’ils se posent inévitablement en ce temps de crises. Lire, écouter, raconter des histoires permet d’aborder avec délicatesse, poésie et humour des thématiques parfois angoissantes, même pour les adultes. Elles sont une excellente médiation pour philosopher avec les enfants : que ce soit pour les parents ou les enseignants discuter à partir d’une histoire permet de mettre un peu de distance pour penser sans être envahis par les émotions. La littérature permet ainsi d’approfondir la réflexion, de sortir de l’anecdote et de prendre du recul pour penser de façon plus sereine. Les histoires nous amusent, nous divertissent, nous font voyager, mais elles nous aident aussi et surtout à grandir et à mieux donner sens aux mondes.

 

Quelques pistes philosophiques pour en discuter avec les enfants

La mort est sûrement la première des questions. Première parce qu’elle se pose très tôt, dès 3 ans, quand les enfants prennent conscience de son existence et de son caractère extrêmement sensible : pourquoi tant de tristesse, de gêne de la part des adultes à son évocation ? Première aussi parce que peut-être la question la plus essentielle puisqu’elle conditionne toutes les autres sur le sens de l’existence et de la condition humaine. Paradoxalement, dans nos sociétés occidentales contemporaines, la mort est à la fois partout et nulle part : partout même dans l’univers enfantin (dans les jeux, les films, l’actualité) et nulle part car elle reste un sujet tabous et abstrait. La crise du coronavirus nous a ainsi rappelé brutalement la fragilité de notre existence.

Mais la conscience de la mortalité est à la fois une tragédie et une chance pour les Hommes. Tragédie parce qu’elle génère l’angoisse fondamentale de disparaître et d’être séparé définitivement de ceux qu’on aime mais aussi une chance parce que c’est elle qui donne finalement toute sa saveur, toute sa valeur à notre existence. Si nous étions immortels, notre existence aurait-elle la même saveur ? Sûrement pas, car c’est la conscience de notre finitude qui nous pousse à faire des choix qui déterminent le sens de notre vie.

Le scandale de la mort est surtout en fait quand elle intervient trop tôt, quand on n’a pas eu le temps de se réaliser, d’avoir eu « une belle vie ». Ce qui est douloureux, c’est la perte d’un être cher, c’est le manque et l’absence. Ainsi pour Épicure, il ne faut pas avoir peur de la mort en elle-même puisque : « Le mal qui nous effraie le plus, la mort, n’est rien pour nous puisque lorsque nous existons la mort n’est pas là et lorsque la mort est là, nous n’existons plus » (Lettre à Ménécée).

Se poser la question de la mort, c’est aussi poser la question de l’après. Toutes les civilisations cherchent à comprendre et à se représenter ce qu’il y a après le grand passage et ont élaboré des croyances qui tendent de répondre à cette angoisse fondamentale. Mais la mort reste une énigme et les croyances relèvent de la sphère intime et personnelle. Ainsi quelques soient nos convictions sur l’existence ou non d’un Au-delà, nous avons besoin de ritualiser le départ des êtres chers et de nous en souvenir – comme le raconte très bien l’épisode de « Oli » Nadine et Robert les poissons rouges : l’être disparu continue d’exister quelque part dans le souvenir et le cœur de ceux ou celles qui l’ont aimé.

 

Résumé de l’histoire

Nadine et Robert les poissons rouges
par Delphine Le Vigan
https://www.franceinter.fr/emissions/une-histoire-et-oli/nadine-et-robert-les-poissons-rouges :

« Un père emmène son fils enterrer l’un de ses poissons rouges qui vient de mourir. Mais dans Paris, la tâche ne se révèle pas si commode. Père et fils doivent ruser pour trouver une dernière demeure calme, agréable et même aquatique au petit poisson. »

 

Questions de relance pour discuter avec les enfants

– Qu’est-ce que ça veut dire « être mort » ?
– Est-ce que c’est normal d’avoir du chagrin quand quelqu’un meurt ?
– Pourquoi le petit garçon et son papa veulent absolument enterrer Nadine ?
– Que penses-tu de la réaction du gardien ?
– Est-ce que Nadine est vraiment partie en voyage ?
– Qui a envoyé la carte postale à Robert ?
– Qu’est-ce qui permet de rendre la mort moins triste ?
– Peut-on savoir ce qu’il y a après la mort ?
– Est-ce que ce serait bien d’être immortel ? Oui ? Non ? Pourquoi ?

 

D’autres lectures pour continuer la réflexion à l’école et à la maison


Kitty Crowther, Moi et rien, L’école des loisirs
https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/moi-rien
Une petite fille, Lila, fait face au deuil de sa mère grâce à un ami imaginaire qu’elle appelle « Rien ». Ce qui est peut-être le plus douloureux dans la mort, c’est qu’elle nous sépare de ceux qu’on aime. Mais la vie continue malgré la douleur et l’absence que petit à petit le temps et le souvenir parviennent à amoindrir.

 


Pascal Teulade
, Bonjour Madame la Mort, L’école des loisirs
https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/bonjour-madame-mort
Une très vieille dame de 99 ans n’a nullement envie de mourir. Le jour où la mort se présente à sa porte, elle refuse obstinément de comprendre qu’il est temps pour elle de partir. La mort, dépitée, se laisse attendrir par la douceur et la joie de vivre de la vieille dame. Elle s’installe chez elle et elles deviennent amies. Mais la mort doit repartir car en son absence le monde ne tourne plus rond ! Alors la vieille dame se décide à la suivre. Mais avant de quitter sa maison, elles s’organisent une dernière petite fête. La vieille dame peut alors reposer en paix.

 


Kay Fender, Philippe Dumas, Odette, un printemps à Paris, L’école des loisirs
https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/odette-printemps-a-paris
Cet album nous raconte la rencontre entre un oiseau, tombée du nid, Odette, et un vieux monsieur qui gagne sa vie en jouant de la musique dans le métro. Cette rencontre va peu à peu redonner de la joie de vivre au vieil homme. Mais à l’arrivée de l’hiver, Odette migre vers l’Afrique. Quand elle revient au printemps, le vieil homme n’est plus là mais il continuera d’exister dans le souvenir de son amie. Sa mort n’est donc pas racontée comme un événement scandaleux ou tragique mais comme la suite logique  d’une vie accomplie et heureuse puisqu’il aura connu l’amitié et qu’il continue de vivre à travers celle qu’il a aimé.

 


Brigitte Labbé, Michel Puech, La vie, la mort, Editions Milan, coll. « Les Goûters philo »
https://www.editionsmilan.com/livres-jeunesse/documentaires/6-10-ans/la-vie-et-la-mort
A partir de petits récits très ludiques ou de situations très concrètes, les auteurs invitent les jeunes lecteurs (et les adultes qui les lisent aussi !) à réfléchir sur la question. L’ouvrage permet de faire le tour de la question philosophique de façon très synthétique, claire et complète.

 


Revue Philéas et Autobule. « Pourquoi on meurt », n° 59, avril 2018
https://www.phileasetautobule.be/numero/59-pourquoi-meurt-on/
Cette revue de philosophie pour enfants propose des récits et des jeux pour aborder de façon ludique les grandes questions philosophiques.

 

Présentation élaborée avec Edwige Chirouter, philosophe, maitre de conférences HDR à l’Université de Nantes et membre du CREN (Centre de Recherche en Education de Nantes). Spécialiste de Jean-Jacques Rousseau et des liens entre philosophie et littérature, elle applique désormais ses recherches à la pratique de la philosophie avant la Terminale et à l’école primaire en particulier.  Elle est titulaire de la Chaire UNESCO – « Pratiques de la philosophie avec les enfants : une base éducative pour le dialogue interculturel et la transformation sociale ».

 

La série de podcasts audio « Une histoire et… Oli » est produite et diffusée par France Inter
https://www.franceinter.fr/emissions/une-histoire-et-oli

Retrouvez les activités des Journées « Les Jeunes philosophent » sur le site des Rencontres Philosophiques de Monaco http://philomonaco.com/blog/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Articles récents

    Le 20 novembre, c’est la Journée internationale des droits de l’enfant !    En 1989, l’Organisation des Nations Unies a adopté la Convention relative aux droits de l’Enfant – les enfants jouissent désormais de droits reconnus par un traité international ratifié par 195 États. La Convention relative aux droits de l’Enfant est le…

Lire
Aucun commentaire
20 novembre 2020

   Ce jeudi 19 novembre 2020, c’est la journée mondiale de la philosophie !    Pour l’occasion, les Rencontres Philosophiques de Monaco proposent du contenu philosophique adapté aux jeunes esprits, ainsi qu’une sélection d’activités philosophiques ludiques pour et avec les petits invitant à pousser la réflexion un peu plus loin.  Il y a souvent, dans…

Lire
Aucun commentaire
19 novembre 2020

  Comment sortir de la violence ? Cette question suggère que la violence, le plus souvent, n’est pas un phénomène ponctuel, isolé ; certes, parfois, la violence paraît surgir de nulle part, comme le camion fou de la promenade des Anglais ; mais la violence est souvent le fruit – parfois indirect, complexe, retardé –…

Lire
Aucun commentaire
17 novembre 2020

À l'origine des Rencontres ...

Ceci n'est pas une télévision ...

L'actualité philosophique...