Philoblog

Atelier philosophique : « À quoi on reconnaît qu’on est grand ? »

Avec le podcast audio Quand j’étais petit, je n’étais pas grand, « Une histoire et… Oli »,  France Inter
Dans le cadre des Journées « Les Jeunes philosophent » : LE TEMPS, Mai 2020

 

Philosophons avec nos enfants !

Plus que jamais, prenons le temps de philosopher avec les enfants, offrons-leur des oasis de pensée pour répondre à toutes les questions qu’ils se posent inévitablement en ce temps de crises. Lire, écouter, raconter des histoires permet d’aborder avec délicatesse, poésie et humour des thématiques parfois angoissantes, même pour les adultes. Elles sont une excellente médiation pour philosopher avec les enfants : que ce soit pour les parents ou les enseignants, discuter à partir d’une histoire permet de mettre un peu de distance pour penser sans être envahis par les émotions. La littérature permet ainsi d’approfondir la réflexion, de sortir de l’anecdote et de prendre du recul pour penser de façon plus sereine. Les histoires nous amusent, nous divertissent, nous font voyager, mais elles nous aident aussi et surtout à grandir et à mieux donner sens aux mondes.

 

Quelques pistes philosophiques pour en discuter avec les enfants

Grandir est bien évidemment une préoccupation essentielle pour les enfants qui vivent à chaque instant dans leur corps et leur esprit cette expérience humaine universelle, caractérisée par sa complexité et l’ambivalence des sentiments qu’elle génère. Pour tous les enfants, grandir est à la fois source d’angoisses, de peurs mais aussi de désirs et de fierté : c’est à la fois se perdre et se trouver. L’enfant est ainsi traversé par des sentiments d’une très grande ambivalence (comme les contes de fées savent si bien le raconter de façon symbolique, en incarnant ces peurs archaïques par des loups et des ogres que vont devoir affronter le héros qui grandit – comme aussi dans le conte Une Histoire et… Oli, Quand j’étais petit je n’étais pas grand). En grandissant, je vais me perdre, je vais changer, devenir autre. Comment à la fois me transformer et rester moi-même ? Cette perte ne va pas sans une certaine nostalgie et parfois même une grande angoisse, qui peut aller jusqu’au refus de grandir  – comme Peter Pan. Mais grandir, c’est aussi gagner en liberté, en maturité, en droits et en devoirs.

Grandir, c’est aussi vieillir ou voir ses parents vieillir. C’est prendre le risque de la séparation. C’est un long cheminement pour tout individu d’accepter sereinement la condition humaine. À partir de quand peut-on donc dire que l’on devient une « grande personne »? Est-ce l’âge de la majorité qui nous donne des droits et des devoirs? Est-ce la biologie ? Ou est-ce quand nous devenons « sage », c’est-à-dire quand nous sommes capables de prendre notre destin en main et quand nous acceptons avec sérénité notre condition ? On pourra aussi méditer sur la célèbre formule de Pablo Picasso : « On met longtemps à être jeune. »

 

Résumé de l’histoire

Quand j’étais petit, je n’étais pas grand
par Antoine de Caunes
https://www.franceinter.fr/emissions/une-histoire-et-oli/quand-j-etais-petit-je-n-etais-pas-grand 

« Si jamais Antoine devait tomber sur un génie, il lui demanderait son secret pour être à la fois tout petit (enfin suffisamment petit pour vivre dans une lampe à huile, sans huile dedans bien sûr, mais quand même) et très très grand comme peut l’être un génie quand il sort de sa lampe. Il se souvient que quand il avait cinq ans, il avait peur des loups, de toutes les sortes… Et maintenant qu’il a l’âge d’un vieux loup de mer, il a toujours l’impression de ne pas comprendre pourquoi les grands sont si sérieux. »

 

Questions de relance pour discuter avec les enfants

– Si tu avais un génie, quels souhaits ferais-tu pour plus tard ?
– Quelles différences fais-tu entre « grand en taille », « grand en âge » et « grand dans sa tête » ?
– Quand devient-on une « grande personne » ?
– Est-ce que c’est normal d’avoir plus peur quand on est petit que quand on est grand ?
– Est-ce que les adultes n’ont peur de rien ?
– Est-ce que les adultes sont toujours sérieux ?
– Est-ce que les adultes savent tout ?
– Peut-on tout faire quand on est grand ?
– Être adulte, est-ce forcement être sage ?
– Quels sont les avantages et les inconvénients de grandir ?
– Est-ce que c’est facile de grandir ?
– Quelle différence fais-tu entre grandir et vieillir ?

 

D’autres lectures pour continuer la réflexion à l’école et à la maison


Anaïs Vaugelade, Laurent tout seul, L’école des loisirs
https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/laurent-seul
L’album nous parle à la fois de la nécessaire part de transgression pour se réaliser et de l’ambivalence des sentiments ressentis par tous les enfants. Laurent, un petit lapin curieux, veut découvrir le monde. Il va toujours « un petit peu plus loin » que ne le lui autorise sa mère, jusqu’à s’aventurer seul dans le monde. L’aventure qui mène à l’émancipation est parfois difficile, la solitude dure à surmonter, mais on rencontre toujours sur sa route des amis qui vous aident à continuer…

 

Davide Cali et Serge Bloch, Moi, j’attends…, Sarbacane
https://editions-sarbacane.com/albums/moi-j-attends
Ce bel album très poétique, sobre, et tout en longueur, nous conte le fil (rouge) de la vie d’un petit garçon. De la naissance à la mort, on attend toujours quelque chose : le bisou avant de s’endormir, l’amour, une lettre, un bébé, etc., etc., etc. Puis le cycle de la vie continue et d’autres continueront à attendre à notre place.

 


Brigitte Labbé, Michel Puech, Les petits et les grands, Editions Milan, coll. « Les Goûters philo »
https://www.editionsmilan.com/livres-jeunesse/documentaires/6-10-ans/les-petits-et-les-grands
A partir de petits récits très ludiques, les auteurs invitent les jeunes lecteurs (et les adultes qui les lisent aussi !) à réfléchir sur la question. L’ouvrage permet de faire le tour de la problématique de façon très synthétique, claire et complète.

 


Revue Philéas et Autobule.  C’est quand qu’on est grand ?, n°55
https://www.phileasetautobule.be/numero/cest-quand-quon-est-grand/
Cette revue de philosophie pour enfants propose des récits et des jeux pour aborder de façon ludique les grandes questions philosophiques.

 


Film :
Serge Elissalde, U, (France, 2006)
La petite Mona est une jeune princesse qui vit une existence triste et solitaire dans son grand château. Un jour, elle voit apparaitre une amie (imaginaire ?), née de ses pleurs et qui porte le nom du son de ses sanglots (uhhh, uhhhh) : «U». U est une licorne qui va protéger et accompagner Mona vers l’adolescence. Ce dessin animé, inspiré de l’œuvre de Grégoire Solotareff, est une réflexion poétique et philosophique sur la fin de l’enfance, la nostalgie et la réalisation de soi.

 

Présentation élaborée avec Edwige Chirouter, philosophe, maitre de conférences HDR à l’Université de Nantes et membre du CREN (Centre de Recherche en Education de Nantes). Spécialiste de Jean-Jacques Rousseau et des liens entre philosophie et littérature, elle applique désormais ses recherches à la pratique de la philosophie avant la Terminale et à l’école primaire en particulier.  Elle est titulaire de la Chaire UNESCO – « Pratiques de la philosophie avec les enfants : une base éducative pour le dialogue interculturel et la transformation sociale ».

 

La série de podcasts audio « Une histoire et… Oli » est produite et diffusée par France Inter
https://www.franceinter.fr/emissions/une-histoire-et-oli

Retrouvez les activités des Journées « Les Jeunes philosophent » sur le site des Rencontres Philosophiques de Monaco http://philomonaco.com/blog

 

Avec le podcast audio Quand j’étais petit, je n’étais pas grand, « Une histoire et… Oli »,  France Inter
Dans le cadre des Journées « Les Jeunes philosophent » : LE TEMPS, Mai 2020

 

Philosophons avec nos enfants !

Plus que jamais, prenons le temps de philosopher avec les enfants, offrons-leur des oasis de pensée pour répondre à toutes les questions qu’ils se posent inévitablement en ce temps de crises. Lire, écouter, raconter des histoires permet d’aborder avec délicatesse, poésie et humour des thématiques parfois angoissantes, même pour les adultes. Elles sont une excellente médiation pour philosopher avec les enfants : que ce soit pour les parents ou les enseignants, discuter à partir d’une histoire permet de mettre un peu de distance pour penser sans être envahis par les émotions. La littérature permet ainsi d’approfondir la réflexion, de sortir de l’anecdote et de prendre du recul pour penser de façon plus sereine. Les histoires nous amusent, nous divertissent, nous font voyager, mais elles nous aident aussi et surtout à grandir et à mieux donner sens aux mondes.

 

Quelques pistes philosophiques pour en discuter avec les enfants

Grandir est bien évidemment une préoccupation essentielle pour les enfants qui vivent à chaque instant dans leur corps et leur esprit cette expérience humaine universelle, caractérisée par sa complexité et l’ambivalence des sentiments qu’elle génère. Pour tous les enfants, grandir est à la fois source d’angoisses, de peurs mais aussi de désirs et de fierté : c’est à la fois se perdre et se trouver. L’enfant est ainsi traversé par des sentiments d’une très grande ambivalence (comme les contes de fées savent si bien le raconter de façon symbolique, en incarnant ces peurs archaïques par des loups et des ogres que vont devoir affronter le héros qui grandit – comme aussi dans le conte Une Histoire et… Oli, Quand j’étais petit je n’étais pas grand). En grandissant, je vais me perdre, je vais changer, devenir autre. Comment à la fois me transformer et rester moi-même ? Cette perte ne va pas sans une certaine nostalgie et parfois même une grande angoisse, qui peut aller jusqu’au refus de grandir  – comme Peter Pan. Mais grandir, c’est aussi gagner en liberté, en maturité, en droits et en devoirs.

Grandir, c’est aussi vieillir ou voir ses parents vieillir. C’est prendre le risque de la séparation. C’est un long cheminement pour tout individu d’accepter sereinement la condition humaine. À partir de quand peut-on donc dire que l’on devient une « grande personne »? Est-ce l’âge de la majorité qui nous donne des droits et des devoirs? Est-ce la biologie ? Ou est-ce quand nous devenons « sage », c’est-à-dire quand nous sommes capables de prendre notre destin en main et quand nous acceptons avec sérénité notre condition ? On pourra aussi méditer sur la célèbre formule de Pablo Picasso : « On met longtemps à être jeune. »

 

Résumé de l’histoire

Quand j’étais petit, je n’étais pas grand
par Antoine de Caunes
https://www.franceinter.fr/emissions/une-histoire-et-oli/quand-j-etais-petit-je-n-etais-pas-grand 

« Si jamais Antoine devait tomber sur un génie, il lui demanderait son secret pour être à la fois tout petit (enfin suffisamment petit pour vivre dans une lampe à huile, sans huile dedans bien sûr, mais quand même) et très très grand comme peut l’être un génie quand il sort de sa lampe. Il se souvient que quand il avait cinq ans, il avait peur des loups, de toutes les sortes… Et maintenant qu’il a l’âge d’un vieux loup de mer, il a toujours l’impression de ne pas comprendre pourquoi les grands sont si sérieux. »

 

Questions de relance pour discuter avec les enfants

– Si tu avais un génie, quels souhaits ferais-tu pour plus tard ?
– Quelles différences fais-tu entre « grand en taille », « grand en âge » et « grand dans sa tête » ?
– Quand devient-on une « grande personne » ?
– Est-ce que c’est normal d’avoir plus peur quand on est petit que quand on est grand ?
– Est-ce que les adultes n’ont peur de rien ?
– Est-ce que les adultes sont toujours sérieux ?
– Est-ce que les adultes savent tout ?
– Peut-on tout faire quand on est grand ?
– Être adulte, est-ce forcement être sage ?
– Quels sont les avantages et les inconvénients de grandir ?
– Est-ce que c’est facile de grandir ?
– Quelle différence fais-tu entre grandir et vieillir ?

 

D’autres lectures pour continuer la réflexion à l’école et à la maison


Anaïs Vaugelade, Laurent tout seul, L’école des loisirs
https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/laurent-seul
L’album nous parle à la fois de la nécessaire part de transgression pour se réaliser et de l’ambivalence des sentiments ressentis par tous les enfants. Laurent, un petit lapin curieux, veut découvrir le monde. Il va toujours « un petit peu plus loin » que ne le lui autorise sa mère, jusqu’à s’aventurer seul dans le monde. L’aventure qui mène à l’émancipation est parfois difficile, la solitude dure à surmonter, mais on rencontre toujours sur sa route des amis qui vous aident à continuer…

 

Davide Cali et Serge Bloch, Moi, j’attends…, Sarbacane
https://editions-sarbacane.com/albums/moi-j-attends
Ce bel album très poétique, sobre, et tout en longueur, nous conte le fil (rouge) de la vie d’un petit garçon. De la naissance à la mort, on attend toujours quelque chose : le bisou avant de s’endormir, l’amour, une lettre, un bébé, etc., etc., etc. Puis le cycle de la vie continue et d’autres continueront à attendre à notre place.

 


Brigitte Labbé, Michel Puech, Les petits et les grands, Editions Milan, coll. « Les Goûters philo »
https://www.editionsmilan.com/livres-jeunesse/documentaires/6-10-ans/les-petits-et-les-grands
A partir de petits récits très ludiques, les auteurs invitent les jeunes lecteurs (et les adultes qui les lisent aussi !) à réfléchir sur la question. L’ouvrage permet de faire le tour de la problématique de façon très synthétique, claire et complète.

 


Revue Philéas et Autobule.  C’est quand qu’on est grand ?, n°55
https://www.phileasetautobule.be/numero/cest-quand-quon-est-grand/
Cette revue de philosophie pour enfants propose des récits et des jeux pour aborder de façon ludique les grandes questions philosophiques.

 


Film :
Serge Elissalde, U, (France, 2006)
La petite Mona est une jeune princesse qui vit une existence triste et solitaire dans son grand château. Un jour, elle voit apparaitre une amie (imaginaire ?), née de ses pleurs et qui porte le nom du son de ses sanglots (uhhh, uhhhh) : «U». U est une licorne qui va protéger et accompagner Mona vers l’adolescence. Ce dessin animé, inspiré de l’œuvre de Grégoire Solotareff, est une réflexion poétique et philosophique sur la fin de l’enfance, la nostalgie et la réalisation de soi.

 

Présentation élaborée avec Edwige Chirouter, philosophe, maitre de conférences HDR à l’Université de Nantes et membre du CREN (Centre de Recherche en Education de Nantes). Spécialiste de Jean-Jacques Rousseau et des liens entre philosophie et littérature, elle applique désormais ses recherches à la pratique de la philosophie avant la Terminale et à l’école primaire en particulier.  Elle est titulaire de la Chaire UNESCO – « Pratiques de la philosophie avec les enfants : une base éducative pour le dialogue interculturel et la transformation sociale ».

 

La série de podcasts audio « Une histoire et… Oli » est produite et diffusée par France Inter
https://www.franceinter.fr/emissions/une-histoire-et-oli

Retrouvez les activités des Journées « Les Jeunes philosophent » sur le site des Rencontres Philosophiques de Monaco http://philomonaco.com/blog

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Articles récents

La cure analytique par téléphone en temps de confinement par Monique Lauret pour le Cahier du (dé)confinement

mars-juillet 2020

Lire
Aucun commentaire
16 juillet 2020

Corine Pelluchon, philosophe, répond à la question de Juliette, 6 ans.

Lire
Aucun commentaire
6 juillet 2020

Les Rencontres Philosophiques de Monaco invités aux 50 ans du Fort Antoine à Monaco le 8 Juillet 2020.

Lire
Aucun commentaire
6 juillet 2020

À l'origine des Rencontres ...

Ceci n'est pas une télévision ...

L'actualité philosophique...