Philoblog

Adieu Jean-Claude Carrière…

Adieu Jean-Claude Carrière…

Jean-Claude Carrière nous a quitté la nuit dernière, le 8 février 2021.
Humaniste nourri à la tradition des Lumières, homme de littérature et de cinéma, conteur passionné en quête de tous les langages, il occupait toutes les sphères de la culture française et internationale. Ayant grandi dans une « maison sans livres », il nous quitte entouré des milliers d’ouvrages de sa bibliothèque et lègue une œuvre exceptionnelle, les traces de sa curiosité, de son humour et de son savoir encyclopédique. Son départ est une grande perte pour la culture.
Il était membre d’honneur des Rencontres Philosophiques de Monaco depuis la création de l’association en 2015. Nous le saluons, avec une immense tristesse et toute notre reconnaissance.

//

🗣 « C’est la possibilité de mourir à chaque instant qui donne du prix à chaque seconde et à chaque instant que nous vivons. »

Jean-Claude Carrière

« Il se définissait comme un « encyclopédiste au temps des frères Lumière ». Le scénariste, dramaturge et écrivain Jean-Claude Carrière est mort lundi 8 février à l’âge de 89 ans, a annoncé sa famille. »

Le Monde, 9 février 2021 

« L’énigme est sans résolution : Jean-Claude Carrière, né le 17 septembre 1931 dans la petite paysannerie de l’Hérault – «dans une maison sans livres» a-t-il écrit – était susceptible de se passionner pour tout. »

Libération, 9 février 2021 

« Il a été aussi acteur, dramaturge et parolier pour Juliette Gréco, Brigitte Bardot ou Jeanne Moreau. Jean-Claude Carrière a placé sa vie sous le signe des « rencontres, des amitiés et des maîtres de vie », comme le Dalaï Lama avec lequel il a écrit un livre ou le cinéaste espagnol Luis Buñuel, avec lequel il collabora dix-neuf ans, jusqu’à sa mort.
« J’ai travaillé toutes les formes d’écriture. Je pense que je possède un bon arsenal » assurait cet humaniste distingué et affable à la grande puissance de travail et à l’humour corrosif. »

France Inter, 9 février 2021 

« Salué de son vivant par le MoMA, il avait été trois fois nominé à l’Oscar (pour des films de Luis Buñuel et de Philip Kaufman), célébré par un Oscar d’honneur en 2015 et récompensé par un César pour le scénario du Retour de Martin Guerre en 1983. » 
« Jean-Claude Carrière a aussi beaucoup oeuvré pour le théâtre, avec trente quatre années passées au côté de Peter Brook (…) 
il affirmait notamment : « Comme nous sommes tous de passage, c’est en ce sens que le théâtre est essentiel. Mieux que toute autre forme artistique, il s’adapte à notre temporalité, à notre aspect éphémère. Nous sommes éphémères comme le théâtre. […] Il y a un acte d’amour entre acteurs et spectateurs tous les jours et c’est en commettant le péché de chair qu’il se perpétue. Mais à un moment donné, un spectacle meurt définitivement. »

France Culture, 9 février 2021

 

Photo ©️Philippe Matsas

Adieu Jean-Claude Carrière…

Jean-Claude Carrière nous a quitté la nuit dernière, le 8 février 2021.
Humaniste nourri à la tradition des Lumières, homme de littérature et de cinéma, conteur passionné en quête de tous les langages, il occupait toutes les sphères de la culture française et internationale. Ayant grandi dans une « maison sans livres », il nous quitte entouré des milliers d’ouvrages de sa bibliothèque et lègue une œuvre exceptionnelle, les traces de sa curiosité, de son humour et de son savoir encyclopédique. Son départ est une grande perte pour la culture.
Il était membre d’honneur des Rencontres Philosophiques de Monaco depuis la création de l’association en 2015. Nous le saluons, avec une immense tristesse et toute notre reconnaissance.

//

🗣 « C’est la possibilité de mourir à chaque instant qui donne du prix à chaque seconde et à chaque instant que nous vivons. »

Jean-Claude Carrière

« Il se définissait comme un « encyclopédiste au temps des frères Lumière ». Le scénariste, dramaturge et écrivain Jean-Claude Carrière est mort lundi 8 février à l’âge de 89 ans, a annoncé sa famille. »

Le Monde, 9 février 2021 

« L’énigme est sans résolution : Jean-Claude Carrière, né le 17 septembre 1931 dans la petite paysannerie de l’Hérault – «dans une maison sans livres» a-t-il écrit – était susceptible de se passionner pour tout. »

Libération, 9 février 2021 

« Il a été aussi acteur, dramaturge et parolier pour Juliette Gréco, Brigitte Bardot ou Jeanne Moreau. Jean-Claude Carrière a placé sa vie sous le signe des « rencontres, des amitiés et des maîtres de vie », comme le Dalaï Lama avec lequel il a écrit un livre ou le cinéaste espagnol Luis Buñuel, avec lequel il collabora dix-neuf ans, jusqu’à sa mort.
« J’ai travaillé toutes les formes d’écriture. Je pense que je possède un bon arsenal » assurait cet humaniste distingué et affable à la grande puissance de travail et à l’humour corrosif. »

France Inter, 9 février 2021 

« Salué de son vivant par le MoMA, il avait été trois fois nominé à l’Oscar (pour des films de Luis Buñuel et de Philip Kaufman), célébré par un Oscar d’honneur en 2015 et récompensé par un César pour le scénario du Retour de Martin Guerre en 1983. » 
« Jean-Claude Carrière a aussi beaucoup oeuvré pour le théâtre, avec trente quatre années passées au côté de Peter Brook (…) 
il affirmait notamment : « Comme nous sommes tous de passage, c’est en ce sens que le théâtre est essentiel. Mieux que toute autre forme artistique, il s’adapte à notre temporalité, à notre aspect éphémère. Nous sommes éphémères comme le théâtre. […] Il y a un acte d’amour entre acteurs et spectateurs tous les jours et c’est en commettant le péché de chair qu’il se perpétue. Mais à un moment donné, un spectacle meurt définitivement. »

France Culture, 9 février 2021

 

Photo ©️Philippe Matsas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Articles récents

Sélection des 10 ouvrages pré-finalistes du Prix 2021

Lire
Aucun commentaire
29 avril 2021

Le « malaise » peut être résumé par une double idée : avec la généralisation des valeurs de l’autonomie, le lien social s’affaiblit et en contrepartie l’individu est surchargé de responsabilités et d’épreuves qu’il ne connaissait pas auparavant. Nous employons toutes sortes d’expressions désignant ce malaise : délitement du lien social, société de défiance, peur…

Lire
Aucun commentaire
28 janvier 2021

La question que vous m’invitez à poser ce soir est la suivante : si l’État, et en particulier l’État moderne, naît du besoin de sécurité des individus, jusqu’à quel point le politique est-il justifié à user de violence pour circonscrire la violence ? Lui est-il permis d’entraver les libertés individuelles afin de garantir la sécurité de la…

Lire
Aucun commentaire
27 janvier 2021

À l'origine des Rencontres ...

Ceci n'est pas une télévision ...

L'actualité philosophique...