Philoblog

Violences et politique, politiques de la violence // Céline Spector

La question que vous m’invitez à poser ce soir est la suivante : si l’État, et en particulier l’État moderne, naît du besoin de sécurité des individus, jusqu’à quel point le politique est-il justifié à user de violence pour circonscrire la violence ? Lui est-il permis d’entraver les libertés individuelles afin de garantir la sécurité de la société ? Comment éviter la dérive du politique dans la propagation de violences autoritaires, voire totalitaires ?

Afin d’y répondre, je souhaiterais faire un bond en arrière et revenir à un philosophe qui me semble décisif – décisif afin de penser la nécessité pour l’État moderne de conjurer la violence qui risque toujours de lui devenir consubstantielle : il s’agit de Montesquieu. Dans De l’esprit des lois (1748), Montesquieu a en effet pris très au sérieux la question de la violence qui menace les individus quand l’instrument étatique de protection se retourne en instrument d’oppression. Il a mis au cœur de son analyse la question philosophique de la tyrannie ou plutôt, comme il la nommait, du despotisme – celle de l’État violent, qu’il oppose de manière structurelle à toutes les autres formes d’État, dits « modérés », qu’ils soient démocratiques, aristocratiques ou monarchiques. Ce qui lui importe est précisément cela : comment concevoir les procédures institutionnelles et les garanties procédurales qui permettent d’éviter à l’État de suivre sa tendance naturelle à l’abus de pouvoir, d’éviter l’arbitraire et de maintenir les conditions de la liberté politique ? (…)

 

Céline Spector, « Politiques et violence, violences de la politique », La violence, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018, p.77

 

//

Les Actes de la saison « La violence » sont disponibles dans la librairie en ligne philomonaco.

 

La question que vous m’invitez à poser ce soir est la suivante : si l’État, et en particulier l’État moderne, naît du besoin de sécurité des individus, jusqu’à quel point le politique est-il justifié à user de violence pour circonscrire la violence ? Lui est-il permis d’entraver les libertés individuelles afin de garantir la sécurité de la société ? Comment éviter la dérive du politique dans la propagation de violences autoritaires, voire totalitaires ?

Afin d’y répondre, je souhaiterais faire un bond en arrière et revenir à un philosophe qui me semble décisif – décisif afin de penser la nécessité pour l’État moderne de conjurer la violence qui risque toujours de lui devenir consubstantielle : il s’agit de Montesquieu. Dans De l’esprit des lois (1748), Montesquieu a en effet pris très au sérieux la question de la violence qui menace les individus quand l’instrument étatique de protection se retourne en instrument d’oppression. Il a mis au cœur de son analyse la question philosophique de la tyrannie ou plutôt, comme il la nommait, du despotisme – celle de l’État violent, qu’il oppose de manière structurelle à toutes les autres formes d’État, dits « modérés », qu’ils soient démocratiques, aristocratiques ou monarchiques. Ce qui lui importe est précisément cela : comment concevoir les procédures institutionnelles et les garanties procédurales qui permettent d’éviter à l’État de suivre sa tendance naturelle à l’abus de pouvoir, d’éviter l’arbitraire et de maintenir les conditions de la liberté politique ? (…)

 

Céline Spector, « Politiques et violence, violences de la politique », La violence, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018, p.77

 

//

Les Actes de la saison « La violence » sont disponibles dans la librairie en ligne philomonaco.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Articles récents

Sélection des 10 ouvrages pré-finalistes du Prix 2021

Lire
Aucun commentaire
29 avril 2021

Jean-Claude Carrière nous a quitté la nuit dernière, le 8 février 2021. Il était membre d’honneur des Rencontres Philosophiques de Monaco depuis la création de l’association en 2015. Nous le saluons, avec une immense tristesse et toute notre reconnaissance.

Lire
Aucun commentaire
9 février 2021

Le « malaise » peut être résumé par une double idée : avec la généralisation des valeurs de l’autonomie, le lien social s’affaiblit et en contrepartie l’individu est surchargé de responsabilités et d’épreuves qu’il ne connaissait pas auparavant. Nous employons toutes sortes d’expressions désignant ce malaise : délitement du lien social, société de défiance, peur…

Lire
Aucun commentaire
28 janvier 2021

À l'origine des Rencontres ...

Ceci n'est pas une télévision ...

L'actualité philosophique...