Philoblog

Les violences au secret // Simon Lemoine

Il faut ici étudier une question importante : pourquoi l’attention se porte sur les petits détails de la vie de chacun, et non sur les lieux de pouvoir ? Par exemple au travail : on regarde de près mes activités quotidiennes, on fait la liste de mes compétences supposées et on les mesure finement, on diagnostique mes « aptitudes », mes « ressources », mon « potentiel », on vérifie que j’effectue bien les progrès attendus, etc. On se concentre, donc, sur mille parcelles réelles ou supposées des individus, plutôt que de mettre la lumière sur le fonctionnement des lieux de pouvoir. Ceux-ci restent dans l’ombre, ils font l’objet d’une réflexion « en interne », comme dit l’expression, sans véritablement être discutés avec le même souci du détail par les premiers concernés : les élèves, les employés, les usagers, etc. On a donc, et là encore Foucault l’avait souligné il y a plus de quarante ans déjà, un pouvoir qui fonctionne moins par la force que par une distribution inégale de l’attention : on dirige l’attention sur les individus, en cherchant à les rendre plus empathiques, plus bienveillants, plus investis, plus coopératifs, plus autonomes, mais cette concentration de l’attention dans une seule direction a pour effet de laisser dans l’ombre un lieu qui lui aussi mérite d’être éclairé, d’être discuté, d’être tout autant examiné. D’autant plus que c’est depuis ce lieu, aujourd’hui largement invisible, que l’on va décider des critères, des normes, des points de comparaison qui servent à juger dans les moindres détails les individus (…)

 

Simon Lemoine, « Les violences au secret », La violence, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018, p.61

 

//

 

Les Actes de la saison « La Violence » sont disponibles dans la librairie en ligne philomonaco.

 

Il faut ici étudier une question importante : pourquoi l’attention se porte sur les petits détails de la vie de chacun, et non sur les lieux de pouvoir ? Par exemple au travail : on regarde de près mes activités quotidiennes, on fait la liste de mes compétences supposées et on les mesure finement, on diagnostique mes « aptitudes », mes « ressources », mon « potentiel », on vérifie que j’effectue bien les progrès attendus, etc. On se concentre, donc, sur mille parcelles réelles ou supposées des individus, plutôt que de mettre la lumière sur le fonctionnement des lieux de pouvoir. Ceux-ci restent dans l’ombre, ils font l’objet d’une réflexion « en interne », comme dit l’expression, sans véritablement être discutés avec le même souci du détail par les premiers concernés : les élèves, les employés, les usagers, etc. On a donc, et là encore Foucault l’avait souligné il y a plus de quarante ans déjà, un pouvoir qui fonctionne moins par la force que par une distribution inégale de l’attention : on dirige l’attention sur les individus, en cherchant à les rendre plus empathiques, plus bienveillants, plus investis, plus coopératifs, plus autonomes, mais cette concentration de l’attention dans une seule direction a pour effet de laisser dans l’ombre un lieu qui lui aussi mérite d’être éclairé, d’être discuté, d’être tout autant examiné. D’autant plus que c’est depuis ce lieu, aujourd’hui largement invisible, que l’on va décider des critères, des normes, des points de comparaison qui servent à juger dans les moindres détails les individus (…)

 

Simon Lemoine, « Les violences au secret », La violence, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018, p.61

 

//

 

Les Actes de la saison « La Violence » sont disponibles dans la librairie en ligne philomonaco.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Articles récents

Sélection des 10 ouvrages pré-finalistes du Prix 2021

Lire
Aucun commentaire
29 avril 2021

Jean-Claude Carrière nous a quitté la nuit dernière, le 8 février 2021. Il était membre d’honneur des Rencontres Philosophiques de Monaco depuis la création de l’association en 2015. Nous le saluons, avec une immense tristesse et toute notre reconnaissance.

Lire
Aucun commentaire
9 février 2021

Le « malaise » peut être résumé par une double idée : avec la généralisation des valeurs de l’autonomie, le lien social s’affaiblit et en contrepartie l’individu est surchargé de responsabilités et d’épreuves qu’il ne connaissait pas auparavant. Nous employons toutes sortes d’expressions désignant ce malaise : délitement du lien social, société de défiance, peur…

Lire
Aucun commentaire
28 janvier 2021

À l'origine des Rencontres ...

Ceci n'est pas une télévision ...

L'actualité philosophique...