Philoblog

Les origines de la violence // Frédéric Gros

On sait trop combien déjà la violence humaine intraspécifique est désespérément létale (crimes, guerres). Aucune butée décisive, aucune retenue instinctive n’est inscrite au point de bloquer le geste qui tuerait. D’autre part, l’enracinement vital de la violence peut donner facilement l’occasion d’un montage idéologique justificateur. On peut ici penser au darwinisme social (les thèses d’Herbert Spencer). Il s’agit de faire cette fois de l’agressivité un signe de vitalité en la reconsidérant sous le signe de la combativité. Le but n’est plus seulement de conserver la vie, mais de la déployer dans toute son intensité. Et l’agressivité devient la manifestation d’une puissance positive de la vie. On voit vite quelles dichotomies dangereuses seront extraites de ces thèses : la guerre comme signe de la santé des peuples – tout peuple pacifique serait dégénéré ; la violence sociale (et les inégalités) comme sélection naturelle, partage entre des individus faibles, inaptes et des individus supérieurs (…)

 

Frédéric Gros, « Les origines de la violence », La violence, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018, p.31

 

//

Les Actes de la saison « La violence » sont disponibles dans la librairie en ligne philomonaco. 

On sait trop combien déjà la violence humaine intraspécifique est désespérément létale (crimes, guerres). Aucune butée décisive, aucune retenue instinctive n’est inscrite au point de bloquer le geste qui tuerait. D’autre part, l’enracinement vital de la violence peut donner facilement l’occasion d’un montage idéologique justificateur. On peut ici penser au darwinisme social (les thèses d’Herbert Spencer). Il s’agit de faire cette fois de l’agressivité un signe de vitalité en la reconsidérant sous le signe de la combativité. Le but n’est plus seulement de conserver la vie, mais de la déployer dans toute son intensité. Et l’agressivité devient la manifestation d’une puissance positive de la vie. On voit vite quelles dichotomies dangereuses seront extraites de ces thèses : la guerre comme signe de la santé des peuples – tout peuple pacifique serait dégénéré ; la violence sociale (et les inégalités) comme sélection naturelle, partage entre des individus faibles, inaptes et des individus supérieurs (…)

 

Frédéric Gros, « Les origines de la violence », La violence, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018, p.31

 

//

Les Actes de la saison « La violence » sont disponibles dans la librairie en ligne philomonaco. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Articles récents

Il faut ici étudier une question importante : pourquoi l’attention se porte sur les petits détails de la vie de chacun, et non sur les lieux de pouvoir ? Par exemple au travail : on regarde de près mes activités quotidiennes, on fait la liste de mes compétences supposées et on les mesure finement, on…

Lire
Aucun commentaire
18 janvier 2021

Les Rencontres Philosophiques de Monaco dans le magazine culturel de Monaco, d’Art et de Culture Hiver 2020.

Lire
Aucun commentaire
28 décembre 2020

La fête unit les hommes dans une expérience affective, dans l’oubli comme dans la mémoire, dans le solennel comme le frivole, et les fait partager leur joie d’être ensemble. Elle n’est pas que pur divertissement, espace de fuite crées pour consommer, éviter l’ennui, s’évader dans le vertige de la jouissance et de l’ivresse. Dans la…

Lire
Aucun commentaire
21 décembre 2020

À l'origine des Rencontres ...

Ceci n'est pas une télévision ...

L'actualité philosophique...