Philoblog

Les origines de la violence // Frédéric Gros

On sait trop combien déjà la violence humaine intraspécifique est désespérément létale (crimes, guerres). Aucune butée décisive, aucune retenue instinctive n’est inscrite au point de bloquer le geste qui tuerait. D’autre part, l’enracinement vital de la violence peut donner facilement l’occasion d’un montage idéologique justificateur. On peut ici penser au darwinisme social (les thèses d’Herbert Spencer). Il s’agit de faire cette fois de l’agressivité un signe de vitalité en la reconsidérant sous le signe de la combativité. Le but n’est plus seulement de conserver la vie, mais de la déployer dans toute son intensité. Et l’agressivité devient la manifestation d’une puissance positive de la vie. On voit vite quelles dichotomies dangereuses seront extraites de ces thèses : la guerre comme signe de la santé des peuples – tout peuple pacifique serait dégénéré ; la violence sociale (et les inégalités) comme sélection naturelle, partage entre des individus faibles, inaptes et des individus supérieurs (…)

 

Frédéric Gros, « Les origines de la violence », La violence, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018, p.31

 

//

Les Actes de la saison « La violence » sont disponibles dans la librairie en ligne philomonaco. 

On sait trop combien déjà la violence humaine intraspécifique est désespérément létale (crimes, guerres). Aucune butée décisive, aucune retenue instinctive n’est inscrite au point de bloquer le geste qui tuerait. D’autre part, l’enracinement vital de la violence peut donner facilement l’occasion d’un montage idéologique justificateur. On peut ici penser au darwinisme social (les thèses d’Herbert Spencer). Il s’agit de faire cette fois de l’agressivité un signe de vitalité en la reconsidérant sous le signe de la combativité. Le but n’est plus seulement de conserver la vie, mais de la déployer dans toute son intensité. Et l’agressivité devient la manifestation d’une puissance positive de la vie. On voit vite quelles dichotomies dangereuses seront extraites de ces thèses : la guerre comme signe de la santé des peuples – tout peuple pacifique serait dégénéré ; la violence sociale (et les inégalités) comme sélection naturelle, partage entre des individus faibles, inaptes et des individus supérieurs (…)

 

Frédéric Gros, « Les origines de la violence », La violence, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018, p.31

 

//

Les Actes de la saison « La violence » sont disponibles dans la librairie en ligne philomonaco. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Articles récents

On croit avoir dit le dernier mot quand, spontanément, on avance qu’être libre, c’est faire ce qu’on veut, ou que la liberté de l’un s’arrête où commence celle de l’autre…

Lire
Aucun commentaire
31 mars 2022

Soirée de solidarité avec le peuple ukrainien et de soutien aux chercheurs et étudiants victimes de la guerre en Ukraine.

Lire
Aucun commentaire
16 mars 2022

On se demande d’où on tire son épingle quand on la tire du jeu, ce qu’on a exactement quand on a beau jeu ou quand on joue avec le feu, à quel jeu on joue quand on ne joue pas le jeu…

Lire
Aucun commentaire
3 février 2022

À l'origine des Rencontres ...

Ceci n'est pas une télévision ...

L'actualité philosophique...