Philoblog

Les origines de la violence // Frédéric Gros

On sait trop combien déjà la violence humaine intraspécifique est désespérément létale (crimes, guerres). Aucune butée décisive, aucune retenue instinctive n’est inscrite au point de bloquer le geste qui tuerait. D’autre part, l’enracinement vital de la violence peut donner facilement l’occasion d’un montage idéologique justificateur. On peut ici penser au darwinisme social (les thèses d’Herbert Spencer). Il s’agit de faire cette fois de l’agressivité un signe de vitalité en la reconsidérant sous le signe de la combativité. Le but n’est plus seulement de conserver la vie, mais de la déployer dans toute son intensité. Et l’agressivité devient la manifestation d’une puissance positive de la vie. On voit vite quelles dichotomies dangereuses seront extraites de ces thèses : la guerre comme signe de la santé des peuples – tout peuple pacifique serait dégénéré ; la violence sociale (et les inégalités) comme sélection naturelle, partage entre des individus faibles, inaptes et des individus supérieurs (…)

 

Frédéric Gros, « Les origines de la violence », La violence, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018, p.31

 

//

Les Actes de la saison « La violence » sont disponibles dans la librairie en ligne philomonaco. 

On sait trop combien déjà la violence humaine intraspécifique est désespérément létale (crimes, guerres). Aucune butée décisive, aucune retenue instinctive n’est inscrite au point de bloquer le geste qui tuerait. D’autre part, l’enracinement vital de la violence peut donner facilement l’occasion d’un montage idéologique justificateur. On peut ici penser au darwinisme social (les thèses d’Herbert Spencer). Il s’agit de faire cette fois de l’agressivité un signe de vitalité en la reconsidérant sous le signe de la combativité. Le but n’est plus seulement de conserver la vie, mais de la déployer dans toute son intensité. Et l’agressivité devient la manifestation d’une puissance positive de la vie. On voit vite quelles dichotomies dangereuses seront extraites de ces thèses : la guerre comme signe de la santé des peuples – tout peuple pacifique serait dégénéré ; la violence sociale (et les inégalités) comme sélection naturelle, partage entre des individus faibles, inaptes et des individus supérieurs (…)

 

Frédéric Gros, « Les origines de la violence », La violence, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018, p.31

 

//

Les Actes de la saison « La violence » sont disponibles dans la librairie en ligne philomonaco. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Articles récents

Jean-Claude Carrière nous a quitté la nuit dernière, le 8 février 2021. Il était membre d’honneur des Rencontres Philosophiques de Monaco depuis la création de l’association en 2015. Nous le saluons, avec une immense tristesse et toute notre reconnaissance.

Lire
Aucun commentaire
9 février 2021

Le « malaise » peut être résumé par une double idée : avec la généralisation des valeurs de l’autonomie, le lien social s’affaiblit et en contrepartie l’individu est surchargé de responsabilités et d’épreuves qu’il ne connaissait pas auparavant. Nous employons toutes sortes d’expressions désignant ce malaise : délitement du lien social, société de défiance, peur…

Lire
Aucun commentaire
28 janvier 2021

La question que vous m’invitez à poser ce soir est la suivante : si l’État, et en particulier l’État moderne, naît du besoin de sécurité des individus, jusqu’à quel point le politique est-il justifié à user de violence pour circonscrire la violence ? Lui est-il permis d’entraver les libertés individuelles afin de garantir la sécurité de la…

Lire
Aucun commentaire
27 janvier 2021

À l'origine des Rencontres ...

Ceci n'est pas une télévision ...

L'actualité philosophique...