Philoblog

ÉDITO // Charlotte Casiraghi

La fête unit les hommes dans une expérience affective, dans l’oubli comme dans la mémoire, dans le solennel comme le frivole, et les fait partager leur joie d’être ensemble. Elle n’est pas que pur divertissement, espace de fuite crées pour consommer, éviter l’ennui, s’évader dans le vertige de la jouissance et de l’ivresse. Dans la Grèce antique, les fêtes dionysiaques avaient, comme dans la tragédie, une fonction cathartique, et permettaient de se purifier, se défaire de ses peurs, sublimer ses pulsions en désorganisant momentanément l’ordre social et les conventions. La fête met en relation ce qui est ordinairement séparé, et libère les hommes, emportés par l’élan de la musique et de la danse, de leur rôle social, de leurs préoccupations ordinaires, du règne de la nécessité, pour explorer tous les possibles, retrouver le présent et renforcer les liens d’amitiés. La fête est aussi un point de passage entre les vivants et les morts, le sacré et le profane, le sauvage et le civilisé, et ne vise ni à détruire ni à oublier ce qui nous attache à la vie, mais à créer une réserve d’énergie qui lie les êtres face au poids de la mort. 

 

Charlotte Casiraghi, « ÉDITO », Le Cahier 3, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018, p.3

 

Le Cahier 3 est disponible sur la librairie en ligne de notre site internet.

La fête unit les hommes dans une expérience affective, dans l’oubli comme dans la mémoire, dans le solennel comme le frivole, et les fait partager leur joie d’être ensemble. Elle n’est pas que pur divertissement, espace de fuite crées pour consommer, éviter l’ennui, s’évader dans le vertige de la jouissance et de l’ivresse. Dans la Grèce antique, les fêtes dionysiaques avaient, comme dans la tragédie, une fonction cathartique, et permettaient de se purifier, se défaire de ses peurs, sublimer ses pulsions en désorganisant momentanément l’ordre social et les conventions. La fête met en relation ce qui est ordinairement séparé, et libère les hommes, emportés par l’élan de la musique et de la danse, de leur rôle social, de leurs préoccupations ordinaires, du règne de la nécessité, pour explorer tous les possibles, retrouver le présent et renforcer les liens d’amitiés. La fête est aussi un point de passage entre les vivants et les morts, le sacré et le profane, le sauvage et le civilisé, et ne vise ni à détruire ni à oublier ce qui nous attache à la vie, mais à créer une réserve d’énergie qui lie les êtres face au poids de la mort. 

 

Charlotte Casiraghi, « ÉDITO », Le Cahier 3, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018, p.3

 

Le Cahier 3 est disponible sur la librairie en ligne de notre site internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Articles récents

On croit avoir dit le dernier mot quand, spontanément, on avance qu’être libre, c’est faire ce qu’on veut, ou que la liberté de l’un s’arrête où commence celle de l’autre…

Lire
Aucun commentaire
31 mars 2022

Soirée de solidarité avec le peuple ukrainien et de soutien aux chercheurs et étudiants victimes de la guerre en Ukraine.

Lire
Aucun commentaire
16 mars 2022

On se demande d’où on tire son épingle quand on la tire du jeu, ce qu’on a exactement quand on a beau jeu ou quand on joue avec le feu, à quel jeu on joue quand on ne joue pas le jeu…

Lire
Aucun commentaire
3 février 2022

À l'origine des Rencontres ...

Ceci n'est pas une télévision ...

L'actualité philosophique...