Philoblog

ÉDITO // Charlotte Casiraghi

La fête unit les hommes dans une expérience affective, dans l’oubli comme dans la mémoire, dans le solennel comme le frivole, et les fait partager leur joie d’être ensemble. Elle n’est pas que pur divertissement, espace de fuite crées pour consommer, éviter l’ennui, s’évader dans le vertige de la jouissance et de l’ivresse. Dans la Grèce antique, les fêtes dionysiaques avaient, comme dans la tragédie, une fonction cathartique, et permettaient de se purifier, se défaire de ses peurs, sublimer ses pulsions en désorganisant momentanément l’ordre social et les conventions. La fête met en relation ce qui est ordinairement séparé, et libère les hommes, emportés par l’élan de la musique et de la danse, de leur rôle social, de leurs préoccupations ordinaires, du règne de la nécessité, pour explorer tous les possibles, retrouver le présent et renforcer les liens d’amitiés. La fête est aussi un point de passage entre les vivants et les morts, le sacré et le profane, le sauvage et le civilisé, et ne vise ni à détruire ni à oublier ce qui nous attache à la vie, mais à créer une réserve d’énergie qui lie les êtres face au poids de la mort. 

 

Charlotte Casiraghi, « ÉDITO », Le Cahier 3, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018, p.3

 

Le Cahier 3 est disponible sur la librairie en ligne de notre site internet.

La fête unit les hommes dans une expérience affective, dans l’oubli comme dans la mémoire, dans le solennel comme le frivole, et les fait partager leur joie d’être ensemble. Elle n’est pas que pur divertissement, espace de fuite crées pour consommer, éviter l’ennui, s’évader dans le vertige de la jouissance et de l’ivresse. Dans la Grèce antique, les fêtes dionysiaques avaient, comme dans la tragédie, une fonction cathartique, et permettaient de se purifier, se défaire de ses peurs, sublimer ses pulsions en désorganisant momentanément l’ordre social et les conventions. La fête met en relation ce qui est ordinairement séparé, et libère les hommes, emportés par l’élan de la musique et de la danse, de leur rôle social, de leurs préoccupations ordinaires, du règne de la nécessité, pour explorer tous les possibles, retrouver le présent et renforcer les liens d’amitiés. La fête est aussi un point de passage entre les vivants et les morts, le sacré et le profane, le sauvage et le civilisé, et ne vise ni à détruire ni à oublier ce qui nous attache à la vie, mais à créer une réserve d’énergie qui lie les êtres face au poids de la mort. 

 

Charlotte Casiraghi, « ÉDITO », Le Cahier 3, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018, p.3

 

Le Cahier 3 est disponible sur la librairie en ligne de notre site internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Articles récents

Il faut ici étudier une question importante : pourquoi l’attention se porte sur les petits détails de la vie de chacun, et non sur les lieux de pouvoir ? Par exemple au travail : on regarde de près mes activités quotidiennes, on fait la liste de mes compétences supposées et on les mesure finement, on…

Lire
Aucun commentaire
18 janvier 2021

On sait trop combien déjà la violence humaine intraspécifique est désespérément létale (crimes, guerres). Aucune butée décisive, aucune retenue instinctive n’est inscrite au point de bloquer le geste qui tuerait. D’autre part, l’enracinement vital de la violence peut donner facilement l’occasion d’un montage idéologique justificateur. On peut ici penser au darwinisme social (les thèses d’Herbert…

Lire
Aucun commentaire
4 janvier 2021

Les Rencontres Philosophiques de Monaco dans le magazine culturel de Monaco, d’Art et de Culture Hiver 2020.

Lire
Aucun commentaire
28 décembre 2020

À l'origine des Rencontres ...

Ceci n'est pas une télévision ...

L'actualité philosophique...