Philoblog

ÉDITO // Charlotte Casiraghi

La fête unit les hommes dans une expérience affective, dans l’oubli comme dans la mémoire, dans le solennel comme le frivole, et les fait partager leur joie d’être ensemble. Elle n’est pas que pur divertissement, espace de fuite crées pour consommer, éviter l’ennui, s’évader dans le vertige de la jouissance et de l’ivresse. Dans la Grèce antique, les fêtes dionysiaques avaient, comme dans la tragédie, une fonction cathartique, et permettaient de se purifier, se défaire de ses peurs, sublimer ses pulsions en désorganisant momentanément l’ordre social et les conventions. La fête met en relation ce qui est ordinairement séparé, et libère les hommes, emportés par l’élan de la musique et de la danse, de leur rôle social, de leurs préoccupations ordinaires, du règne de la nécessité, pour explorer tous les possibles, retrouver le présent et renforcer les liens d’amitiés. La fête est aussi un point de passage entre les vivants et les morts, le sacré et le profane, le sauvage et le civilisé, et ne vise ni à détruire ni à oublier ce qui nous attache à la vie, mais à créer une réserve d’énergie qui lie les êtres face au poids de la mort. 

 

Charlotte Casiraghi, « ÉDITO », Le Cahier 3, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018, p.3

 

Le Cahier 3 est disponible sur la librairie en ligne de notre site internet.

La fête unit les hommes dans une expérience affective, dans l’oubli comme dans la mémoire, dans le solennel comme le frivole, et les fait partager leur joie d’être ensemble. Elle n’est pas que pur divertissement, espace de fuite crées pour consommer, éviter l’ennui, s’évader dans le vertige de la jouissance et de l’ivresse. Dans la Grèce antique, les fêtes dionysiaques avaient, comme dans la tragédie, une fonction cathartique, et permettaient de se purifier, se défaire de ses peurs, sublimer ses pulsions en désorganisant momentanément l’ordre social et les conventions. La fête met en relation ce qui est ordinairement séparé, et libère les hommes, emportés par l’élan de la musique et de la danse, de leur rôle social, de leurs préoccupations ordinaires, du règne de la nécessité, pour explorer tous les possibles, retrouver le présent et renforcer les liens d’amitiés. La fête est aussi un point de passage entre les vivants et les morts, le sacré et le profane, le sauvage et le civilisé, et ne vise ni à détruire ni à oublier ce qui nous attache à la vie, mais à créer une réserve d’énergie qui lie les êtres face au poids de la mort. 

 

Charlotte Casiraghi, « ÉDITO », Le Cahier 3, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018, p.3

 

Le Cahier 3 est disponible sur la librairie en ligne de notre site internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Articles récents

Jean-Claude Carrière nous a quitté la nuit dernière, le 8 février 2021. Il était membre d’honneur des Rencontres Philosophiques de Monaco depuis la création de l’association en 2015. Nous le saluons, avec une immense tristesse et toute notre reconnaissance.

Lire
Aucun commentaire
9 février 2021

Le « malaise » peut être résumé par une double idée : avec la généralisation des valeurs de l’autonomie, le lien social s’affaiblit et en contrepartie l’individu est surchargé de responsabilités et d’épreuves qu’il ne connaissait pas auparavant. Nous employons toutes sortes d’expressions désignant ce malaise : délitement du lien social, société de défiance, peur…

Lire
Aucun commentaire
28 janvier 2021

La question que vous m’invitez à poser ce soir est la suivante : si l’État, et en particulier l’État moderne, naît du besoin de sécurité des individus, jusqu’à quel point le politique est-il justifié à user de violence pour circonscrire la violence ? Lui est-il permis d’entraver les libertés individuelles afin de garantir la sécurité de la…

Lire
Aucun commentaire
27 janvier 2021

À l'origine des Rencontres ...

Ceci n'est pas une télévision ...

L'actualité philosophique...