Philoblog

Quels maux pour le corps ? Le corps souffrant // Sabine Prokhoris

« Un philosophe qui a traversé et ne cesse de traverser plusieurs états de santé a passé par autant de philosophies. » Friedrich Nietzsche

 

Quels maux pour le corps ? Telle est la question, difficile, qui nous réunit ce soir. Je ne prétendrai pas y apporter de réponse. Il s’agira simplement de proposer ici quelques éléments de réflexion, afin d’en éclairer certains aspects. Et, pour commencer, il me faut clarifier en quel sens j’entends les termes de cette interrogation, qui nous concerne bien évidemment tous et chacun, pour autant que, comme le remarque plaisamment le sociologue canadien Erving Goffman, chacun de nous déambule « équipé d’un corps ». D’un corps sensible à la douleur au moins autant sinon davantage qu’au plaisir, d’un corps exposé à la maladie, à la décrépitude, et à la mort. Et je rappellerai ici ce mot de Freud, qui, dans Malaise dans la civilisation, note ceci :

« Ainsi nos facultés de bonheur sont limités par notre constitution. Or il nous est beaucoup moins difficile de faire l’expérience du malheur. La souffrance nous menace de trois côtés : dans notre propre corps qui, destiné à la déchéance et à la dissolution, ne peut même se passer de ces signaux d’alarme que constituent la douleur et l’angoisse ; du côté du monde extérieur, lequel dispose de forces invincibles et inexorables pour s’acharner contre nous et nous anéantir ; la troisième menace enfin provient de nos rapports avec les autres êtres humains. La souffrance issue de cette source nous est plus dure peut-être que tout autre. »

Tels sommes-nous : vulnérables, dans tous les registres de ce qui constitue la commune humanité des mortels que nous sommes tous (…)

 

Sabine Prokhoris, « Quels maux pour le corps ? Le corps souffrant », Le Corps, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018, p.47

 

Les Actes de la saison « Le corps » sont disponibles sur la librairie en ligne philomonaco. 

« Un philosophe qui a traversé et ne cesse de traverser plusieurs états de santé a passé par autant de philosophies. » Friedrich Nietzsche

 

Quels maux pour le corps ? Telle est la question, difficile, qui nous réunit ce soir. Je ne prétendrai pas y apporter de réponse. Il s’agira simplement de proposer ici quelques éléments de réflexion, afin d’en éclairer certains aspects. Et, pour commencer, il me faut clarifier en quel sens j’entends les termes de cette interrogation, qui nous concerne bien évidemment tous et chacun, pour autant que, comme le remarque plaisamment le sociologue canadien Erving Goffman, chacun de nous déambule « équipé d’un corps ». D’un corps sensible à la douleur au moins autant sinon davantage qu’au plaisir, d’un corps exposé à la maladie, à la décrépitude, et à la mort. Et je rappellerai ici ce mot de Freud, qui, dans Malaise dans la civilisation, note ceci :

« Ainsi nos facultés de bonheur sont limités par notre constitution. Or il nous est beaucoup moins difficile de faire l’expérience du malheur. La souffrance nous menace de trois côtés : dans notre propre corps qui, destiné à la déchéance et à la dissolution, ne peut même se passer de ces signaux d’alarme que constituent la douleur et l’angoisse ; du côté du monde extérieur, lequel dispose de forces invincibles et inexorables pour s’acharner contre nous et nous anéantir ; la troisième menace enfin provient de nos rapports avec les autres êtres humains. La souffrance issue de cette source nous est plus dure peut-être que tout autre. »

Tels sommes-nous : vulnérables, dans tous les registres de ce qui constitue la commune humanité des mortels que nous sommes tous (…)

 

Sabine Prokhoris, « Quels maux pour le corps ? Le corps souffrant », Le Corps, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018, p.47

 

Les Actes de la saison « Le corps » sont disponibles sur la librairie en ligne philomonaco. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Articles récents

On croit avoir dit le dernier mot quand, spontanément, on avance qu’être libre, c’est faire ce qu’on veut, ou que la liberté de l’un s’arrête où commence celle de l’autre…

Lire
Aucun commentaire
31 mars 2022

Soirée de solidarité avec le peuple ukrainien et de soutien aux chercheurs et étudiants victimes de la guerre en Ukraine.

Lire
Aucun commentaire
16 mars 2022

On se demande d’où on tire son épingle quand on la tire du jeu, ce qu’on a exactement quand on a beau jeu ou quand on joue avec le feu, à quel jeu on joue quand on ne joue pas le jeu…

Lire
Aucun commentaire
3 février 2022

À l'origine des Rencontres ...

Ceci n'est pas une télévision ...

L'actualité philosophique...