Philoblog

Lire et relire : La disparition des lucioles // Raphael Zagury-Orly

Survivance des lucioles (1) est tout entier habité par le constat suivant : le malaise de notre civilisation moderne va en s’accentuant. C’est une quasi-certitude. Notre époque est celle d’un malaise et ce malaise est paradoxalement vécu au cœur d’une quête incessante de bien-être. En effet, nous habitons un monde où jamais nous n’avons été plus mal à l’aise, aliénés, défaits. Tel est l’abyssal paradoxe de notre contemporanéité : jamais, depuis l’aurore de l’humanité, l’homme n’a été aussi outillé et aussi assuré de et dans son orientation, et pourtant jamais n’a-t-il été aussi vulnérable à une possible extinction de tout ce qui fait de lui un homme. Telle pourrait être la devise contemporaine : notre bien-être est indissociable d’un incontestable mal-être. Et nul ne pourrait, en vérité, dire comment, un jour, cette condition moderne de l’homme saura se transformer, ou pourra se transfigurer. Notre civilisation ne cesse de se miner en promulguant des « solutions » usées et galvaudées face aux crises qu’elle se doit d’endurer pour survivre. Nous le savons, même si nous demeurons sourds devant cette impasse : toutes les possibilités de sortir de perdition congénitale, de s’évader de ce que nous appelions, il n’y a pas si longtemps, l’aliénation, entretiennent et parfois aggravent même l’incessant paradoxe de cette logique. Pour rendre cet état de fait, et donc pour pénétrer et analyser notre contemporanéité, Georges Didi-Huberman use de cette image, qu’il reprend à Pasolini, de la disparition des lucioles, de l’extinction de ces petits coléoptères qui produisent de fragiles et évanescentes lueurs dans l’obscurité opaque et pesante de la nuit (…) 

 

(1) Georges Didi-Huberman, Survivance des lucioles, Éditions de Minuit, 2009.

 

Raphael Zagury-Orly, « Lire et relire : La disparition des lucioles » / Relire La disparition des lucioles de Pasolini avec Georges Didi-Huberman, Cahier 4, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018/2019, p. 115

 

//

 

Les Cahiers des Rencontres Philosophiques de Monaco sont disponibles dans la librairie en ligne Philomonaco.

 

Survivance des lucioles (1) est tout entier habité par le constat suivant : le malaise de notre civilisation moderne va en s’accentuant. C’est une quasi-certitude. Notre époque est celle d’un malaise et ce malaise est paradoxalement vécu au cœur d’une quête incessante de bien-être. En effet, nous habitons un monde où jamais nous n’avons été plus mal à l’aise, aliénés, défaits. Tel est l’abyssal paradoxe de notre contemporanéité : jamais, depuis l’aurore de l’humanité, l’homme n’a été aussi outillé et aussi assuré de et dans son orientation, et pourtant jamais n’a-t-il été aussi vulnérable à une possible extinction de tout ce qui fait de lui un homme. Telle pourrait être la devise contemporaine : notre bien-être est indissociable d’un incontestable mal-être. Et nul ne pourrait, en vérité, dire comment, un jour, cette condition moderne de l’homme saura se transformer, ou pourra se transfigurer. Notre civilisation ne cesse de se miner en promulguant des « solutions » usées et galvaudées face aux crises qu’elle se doit d’endurer pour survivre. Nous le savons, même si nous demeurons sourds devant cette impasse : toutes les possibilités de sortir de perdition congénitale, de s’évader de ce que nous appelions, il n’y a pas si longtemps, l’aliénation, entretiennent et parfois aggravent même l’incessant paradoxe de cette logique. Pour rendre cet état de fait, et donc pour pénétrer et analyser notre contemporanéité, Georges Didi-Huberman use de cette image, qu’il reprend à Pasolini, de la disparition des lucioles, de l’extinction de ces petits coléoptères qui produisent de fragiles et évanescentes lueurs dans l’obscurité opaque et pesante de la nuit (…) 

 

(1) Georges Didi-Huberman, Survivance des lucioles, Éditions de Minuit, 2009.

 

Raphael Zagury-Orly, « Lire et relire : La disparition des lucioles » / Relire La disparition des lucioles de Pasolini avec Georges Didi-Huberman, Cahier 4, Les Rencontres Philosophiques de Monaco, 2018/2019, p. 115

 

//

 

Les Cahiers des Rencontres Philosophiques de Monaco sont disponibles dans la librairie en ligne Philomonaco.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Articles récents

On sait trop combien déjà la violence humaine intraspécifique est désespérément létale (crimes, guerres). Aucune butée décisive, aucune retenue instinctive n’est inscrite au point de bloquer le geste qui tuerait. D’autre part, l’enracinement vital de la violence peut donner facilement l’occasion d’un montage idéologique justificateur. On peut ici penser au darwinisme social (les thèses d’Herbert…

Lire
Aucun commentaire
4 janvier 2021

Les Rencontres Philosophiques de Monaco dans le magazine culturel de Monaco, d’Art et de Culture Hiver 2020.

Lire
Aucun commentaire
28 décembre 2020

La fête unit les hommes dans une expérience affective, dans l’oubli comme dans la mémoire, dans le solennel comme le frivole, et les fait partager leur joie d’être ensemble. Elle n’est pas que pur divertissement, espace de fuite crées pour consommer, éviter l’ennui, s’évader dans le vertige de la jouissance et de l’ivresse. Dans la…

Lire
Aucun commentaire
21 décembre 2020

À l'origine des Rencontres ...

Ceci n'est pas une télévision ...

L'actualité philosophique...