Philoblog

Sortir de la violence // Jean-Claude Monod

 

Comment sortir de la violence ? Cette question suggère que la violence, le plus souvent, n’est pas un phénomène ponctuel, isolé ; certes, parfois, la violence paraît surgir de nulle part, comme le camion fou de la promenade des Anglais ; mais la violence est souvent le fruit – parfois indirect, complexe, retardé – d’événements ou d’actes violents antérieurs ; et elle participe souvent d’un cycle de violences, ou ce qu’on désigne parfois comme une spirale de la violence.

À la question « comment sortir de la violence ? », je crois qu’on pourrait apporter trois réponses qui sont, en fait, de mauvaises réponses, des réponses qui supposent ou cherchent un état des choses totalement débarrassé de la violence ; et cette perspective d’une sortie totale de la violence est sans doute vouée soit à l’illusion, soit même, paradoxalement, à se renverser, à donner lieu à une (très) grande violence. Ces – fausses – sorties totales de la violence, j’en vois trois variantes : la première, ce serait l’idée d’une répression totale de la violence, c’est-à-dire aussi bien des « germes » de violence, des « graines » de la violence, du désir de violence dans l’humanité ; la seconde, ce serait l’idée d’un dépassement absolu de la violence, qui nous ferait accéder – à travers un événement ou un processus, par le biais d’une révolution ou d’une transformation en profondeur de l’humanité – à une humanité supérieure, d’où la violence aurait disparu ; la troisième, ce serait un refus inconditionnel, absolu, de la violence (…)

 

Les Actes de la saison « La violence » sont disponibles dans la librairie en ligne philomonaco.

 

Comment sortir de la violence ? Cette question suggère que la violence, le plus souvent, n’est pas un phénomène ponctuel, isolé ; certes, parfois, la violence paraît surgir de nulle part, comme le camion fou de la promenade des Anglais ; mais la violence est souvent le fruit – parfois indirect, complexe, retardé – d’événements ou d’actes violents antérieurs ; et elle participe souvent d’un cycle de violences, ou ce qu’on désigne parfois comme une spirale de la violence.

À la question « comment sortir de la violence ? », je crois qu’on pourrait apporter trois réponses qui sont, en fait, de mauvaises réponses, des réponses qui supposent ou cherchent un état des choses totalement débarrassé de la violence ; et cette perspective d’une sortie totale de la violence est sans doute vouée soit à l’illusion, soit même, paradoxalement, à se renverser, à donner lieu à une (très) grande violence. Ces – fausses – sorties totales de la violence, j’en vois trois variantes : la première, ce serait l’idée d’une répression totale de la violence, c’est-à-dire aussi bien des « germes » de violence, des « graines » de la violence, du désir de violence dans l’humanité ; la seconde, ce serait l’idée d’un dépassement absolu de la violence, qui nous ferait accéder – à travers un événement ou un processus, par le biais d’une révolution ou d’une transformation en profondeur de l’humanité – à une humanité supérieure, d’où la violence aurait disparu ; la troisième, ce serait un refus inconditionnel, absolu, de la violence (…)

 

Les Actes de la saison « La violence » sont disponibles dans la librairie en ligne philomonaco.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Articles récents

Il faut ici étudier une question importante : pourquoi l’attention se porte sur les petits détails de la vie de chacun, et non sur les lieux de pouvoir ? Par exemple au travail : on regarde de près mes activités quotidiennes, on fait la liste de mes compétences supposées et on les mesure finement, on…

Lire
Aucun commentaire
18 janvier 2021

On sait trop combien déjà la violence humaine intraspécifique est désespérément létale (crimes, guerres). Aucune butée décisive, aucune retenue instinctive n’est inscrite au point de bloquer le geste qui tuerait. D’autre part, l’enracinement vital de la violence peut donner facilement l’occasion d’un montage idéologique justificateur. On peut ici penser au darwinisme social (les thèses d’Herbert…

Lire
Aucun commentaire
4 janvier 2021

Les Rencontres Philosophiques de Monaco dans le magazine culturel de Monaco, d’Art et de Culture Hiver 2020.

Lire
Aucun commentaire
28 décembre 2020

À l'origine des Rencontres ...

Ceci n'est pas une télévision ...

L'actualité philosophique...