Philoblog

Pourquoi a-t-on un rôle dans la nature ?

 

Les Rencontres Philosophiques de Monaco vous proposent chaque semaine une question d’enfant à laquelle répond un philosophe.

Cette semaine Robert Maggiori, philosophe, membre fondateur des Rencontres Philosophiques de Monaco, répond à la question de Raphael, 6 ans. 

 

 

Raphael : Pourquoi a-t-on un rôle dans la nature ?
Robert : Tu vois Raphael, dans la nature, chacun a son rôle parce que la nature c’est un peu comme une équipe. Tu vois, par exemple, dans un chantier il y a un maçon qui fait le ciment, il y en a un autre qui monte les briques pour faire un mur, un autre qui peint les parois, un autre qui fait le toit et ainsi de suite. Dans la nature c’est pareil, chacun a son petit rôle. Du plus petit ver de terre jusqu’au lac et à la plus grande montagne. L’un apporte la chlorophylle, l’autre apporte l’eau, l’autre apporte le sel, l’autre la nourriture pour les plantes ou la nourriture pour les hommes. Nous, notre rôle, le tien aussi bien sûr, c’est de faire en sorte que tout fonctionne, que ça marche. Et donc de protéger la nature, de faire que ça aille, que ça travaille toujours comme une équipe. Tu vois le soleil chauffe la mer, la mer fait évaporer l’eau, l’eau se condense dans les nuages, les nuages donnent la pluie, la pluie fait pousser les plantes, les plantes donnent l’oxygène et ainsi de suite. Voilà !

 

Les Rencontres Philosophiques de Monaco vous proposent chaque semaine une question d’enfant à laquelle répond un philosophe.

Cette semaine Robert Maggiori, philosophe, membre fondateur des Rencontres Philosophiques de Monaco, répond à la question de Raphael, 6 ans. 

 

 

Raphael : Pourquoi a-t-on un rôle dans la nature ?
Robert : Tu vois Raphael, dans la nature, chacun a son rôle parce que la nature c’est un peu comme une équipe. Tu vois, par exemple, dans un chantier il y a un maçon qui fait le ciment, il y en a un autre qui monte les briques pour faire un mur, un autre qui peint les parois, un autre qui fait le toit et ainsi de suite. Dans la nature c’est pareil, chacun a son petit rôle. Du plus petit ver de terre jusqu’au lac et à la plus grande montagne. L’un apporte la chlorophylle, l’autre apporte l’eau, l’autre apporte le sel, l’autre la nourriture pour les plantes ou la nourriture pour les hommes. Nous, notre rôle, le tien aussi bien sûr, c’est de faire en sorte que tout fonctionne, que ça marche. Et donc de protéger la nature, de faire que ça aille, que ça travaille toujours comme une équipe. Tu vois le soleil chauffe la mer, la mer fait évaporer l’eau, l’eau se condense dans les nuages, les nuages donnent la pluie, la pluie fait pousser les plantes, les plantes donnent l’oxygène et ainsi de suite. Voilà !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Articles récents

Jean-Claude Carrière nous a quitté la nuit dernière, le 8 février 2021. Il était membre d’honneur des Rencontres Philosophiques de Monaco depuis la création de l’association en 2015. Nous le saluons, avec une immense tristesse et toute notre reconnaissance.

Lire
Aucun commentaire
9 février 2021

Le « malaise » peut être résumé par une double idée : avec la généralisation des valeurs de l’autonomie, le lien social s’affaiblit et en contrepartie l’individu est surchargé de responsabilités et d’épreuves qu’il ne connaissait pas auparavant. Nous employons toutes sortes d’expressions désignant ce malaise : délitement du lien social, société de défiance, peur…

Lire
Aucun commentaire
28 janvier 2021

La question que vous m’invitez à poser ce soir est la suivante : si l’État, et en particulier l’État moderne, naît du besoin de sécurité des individus, jusqu’à quel point le politique est-il justifié à user de violence pour circonscrire la violence ? Lui est-il permis d’entraver les libertés individuelles afin de garantir la sécurité de la…

Lire
Aucun commentaire
27 janvier 2021

À l'origine des Rencontres ...

Ceci n'est pas une télévision ...

L'actualité philosophique...