2016

COLLOQUE

Philosophie et Sport

Rencontre

8 Juin
mercredi 8 juin 2016 17H > 19H

Rien n’est plus fat que le mépris « intellectuel » du sport. Se souvient-on que Platon pratiquait le pancrace, le wrestling d’aujourd’hui ?
Chaque sport a sa spécificité, en ce qu’il mêle selon des proportions variables (ou tente de sublimer selon des processus propres) ce dont le sport lui-même est composé, à savoir la guerre, l’art, le jeu et le travail (ou effort), c’est-à-dire des activités qui sont inhérentes à la culture humaine et ont « fait » l’homme. La question n’est donc pas d’aimer ou non le sport, ni de négliger tous les facteurs – la spéctacularisation, le rôle de l’argent, la tricherie… – qui le vicient. Mais de réaliser qu’y sont en action les valeurs du Beau, du Bien, du Juste, du Vrai, les questions d’esthétique du geste, du corps en mouvement, de l’effort, les questions de connaissance et de stratégie, de règles et de normes, de compétition et d’évaluation de soi, d’unification sociale et de liberté.

Les intervenants

Philosophe

Heinz Wismann est philosophe et philologue, spécialiste d'herméneutique et d'histoire des traditions savantes. Après avoir enseigné depuis 1692 la philosophie à la Sorbonne Paris I et Paris IV, il est nommé en 1978 à l'École des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), où il dirige un programme d'enseignement et de recherche sur l'épistémologie des sciences humaines. Il a présidé, de 1991 à 2000, l'institut Protestant de Recherches Interdisciplinaires de Heidelberg (FEST). En 1986, il a fondé la collection « Passages » aux Éditions du Cerf, qu’il a dirigé jusqu’en 2007.

Philosophe

Guillaume le Blanc est philosophe et professeur de philosophie à l'université Paris Est Créteil où il est titulaire de la chaire de « philosophie pratique » après avoir été professeur de philosophie à l’université Bordeaux-Montaigne jusqu'en 2015. Son travail porte essentiellement sur la question de la « critique sociale ». Il étudie plus spécifiquement les limites complexes qui distinguent précarité, exclusion, vie décente et normalité. Il explore la créativité des vies ordinaires comme réinvention des normes.  

Sportif

Tout comme Jacques Mayol, dont Luc Besson fit en 1988 le héros de son Grand Bleu, c’est enfant que le monégasque Pierre Frolla a attrapé le virus de la plongée. Dans le sillage d’un père qui fut membre de l’équipe nationale de chasse sous-marine, la stimulation d’un frère à ses côtés pour pousser toujours un peu plus loin le challenge, Pierre grandit palmes aux pieds, la Méditerranée comme terrain de jeu et d’exploration. Recordman du monde de plongée en apnée statique en 1990 et membre de l’équipe de France d’apnée A.I.DA, Claude Chapuis est à l’origine des premières compétitions et embarque le jeune homme prometteur dans l’aventure. En 1999, Pierre Frolla devient recordman du monde en Immersion Libre. Il s’agit de descendre seul, sans rien, ni palmes, ni masque, à la seule force de ses bras. Une des trois disciplines de compétition de la plongée en apnée. En 2004, il obtient son quatrième record mondial dans la catégorie «Poids Variable», discipline extrême que les images du Grand Bleu ont fait connaître au grand public. Lesté par une gueuse de plomb, la remontée s’effectue à la seule force des membres. Il atteint 123 mètres, profondeur vertigineuse où seul un corps entraîné peut supporter la pression (13 kg par cm2) et un mental d’acier, les sensations qui l’accompagnent. La grande émotion. En 2002, il décide de se consacrer à l’enseignement de sa passion dans une école qu’il crée à Monaco, L’école Bleue, et au tournage de documentaires.

Infos pratiques

1317, 1317, couv colloque 2016, couv-colloque-2016.jpg, http://philomonaco.com/wp-content/uploads/2017/02/couv-colloque-2016.jpg, , 2, , , couv-colloque-2016, 2017-02-21 14:48:09, 2017-02-21 15:25:04, image/jpeg, image, http://philomonaco.com/wp-includes/images/media/default.png, 1417, 2126, Array
ATELIER DES BALLETS DE MONTE-CARLO
56 boulevard du Jardin Exotique - 98000 Monaco
Accès

PARKING :
• Places de stationnement aux abords du lieu

BUS :
•Lignes 2 et 3 ; arrêt Moneghetti, et marcher en direction de l’avenue Paul Doumer