Philoblog

Question d’enfant : «Pourquoi les Chinois ont-ils fait une grosse bêtise ?»

 

 

Les Rencontres Philosophiques de Monaco vous proposent chaque semaine une question d’enfant à laquelle répond un philosophe.

Cette semaine Robert Maggiori, philosophe membre fondateur des Rencontres Philosophiques de Monaco, répond à la question de Raphael, 6 ans.

 

Raphael: Pourquoi les Chinois ont-ils fait une grosse bêtise?

Robert: Tu vois Raphael, d’abord il faut dire que « les chinois » ça n’existe pas. Il y a un pays qui s’appelle la Chine où il y a des gens qui habitent. Alors il y a des hommes, il y a des femmes, il y a des enfants, il y a des vieillards. Il y en a qui sont ingénieurs, d’autres qui sont ébénistes, d’autres qui font le pain, d’autres qui scient des arbres, d’autres qui construisent des téléphones, et ainsi de suite…  Donc ça n’existe pas quelqu’un qui serait « les chinois ». Et puis après, il faut réfléchir sur « bêtise ». Tu vois, quand par exemple, tu as un chien ou un chat qui renverse un vase. On dit qu’il a fait une « bêtise ». Mais en fait, c’est pas tout à fait vrai parce que le chat il n’a pas fait exprès de renverser le vase. Alors quand toi à l’école tu fais une faute sur un mot, quand tu écris liberté « ée », tu fais une faute d’orthographe. Cependant, si tu réfléchis bien, il y a des choses qu’il faut préciser. Par exemple, quand ta Maman te dit qu’il faut se laver les mains ou il faut se laver les dents. Tu vois, ce sont des règles. Ce sont des règles d’hygiène qu’on peut changer. On peut dire : « Il faut que tu te laves 3 fois. » « Maintenant il faut que tu te laves les mains avec une solution hydro-alcoolique, etc…» Ça ce sont des règles. Par exemple au football, si tu touches la balle avec les mains, on n’a pas le droit. Donc là, si tu vas contre les règles, tu fais une faute. Mais si tu fais un calcul, par exemple, tu vas compter le nombre de petites voitures que tu as. Et puis, il y en a une qui est cachée derrière un coussin. Toi, tu dis : « Il y a 36 petites voitures. » Mais en fait, il y en avait 37. Mais là tu ne fais pas une « faute », là tu fais une « erreur » parce que tu as oublié de compter la petite voiture qui était cachée.  Autrement dit, une  « erreur », on ne fait pas exprès, alors qu’une « faute », on va contre une règle et on le fait exprès. Par exemple, si on me dit de me laver les dents, et moi le soir je ne me les lave pas. Ou alors si on me dit de ne pas me garer à tel endroit, je me gare quand même. Là je fais une faute, parce que je vais contre la règle. Donc, est-ce que les chinois ils ont fait une grosse bêtise ? Probablement il y a certaines personnes qui habitent en Chine, qui sont Chinois, qui ont peut-être décidé quelque chose qu’il ne fallait pas. Ils ont peut-être fait des erreurs. Ou alors, ils n’ont pas respecté des règles et dans ce cas là, ils ont fait une faute. Voilà Raphael, bisous.

 

 

Les Rencontres Philosophiques de Monaco vous proposent chaque semaine une question d’enfant à laquelle répond un philosophe.

Cette semaine Robert Maggiori, philosophe membre fondateur des Rencontres Philosophiques de Monaco, répond à la question de Raphael, 6 ans.

 

Raphael: Pourquoi les Chinois ont-ils fait une grosse bêtise?

Robert: Tu vois Raphael, d’abord il faut dire que « les chinois » ça n’existe pas. Il y a un pays qui s’appelle la Chine où il y a des gens qui habitent. Alors il y a des hommes, il y a des femmes, il y a des enfants, il y a des vieillards. Il y en a qui sont ingénieurs, d’autres qui sont ébénistes, d’autres qui font le pain, d’autres qui scient des arbres, d’autres qui construisent des téléphones, et ainsi de suite…  Donc ça n’existe pas quelqu’un qui serait « les chinois ». Et puis après, il faut réfléchir sur « bêtise ». Tu vois, quand par exemple, tu as un chien ou un chat qui renverse un vase. On dit qu’il a fait une « bêtise ». Mais en fait, c’est pas tout à fait vrai parce que le chat il n’a pas fait exprès de renverser le vase. Alors quand toi à l’école tu fais une faute sur un mot, quand tu écris liberté « ée », tu fais une faute d’orthographe. Cependant, si tu réfléchis bien, il y a des choses qu’il faut préciser. Par exemple, quand ta Maman te dit qu’il faut se laver les mains ou il faut se laver les dents. Tu vois, ce sont des règles. Ce sont des règles d’hygiène qu’on peut changer. On peut dire : « Il faut que tu te laves 3 fois. » « Maintenant il faut que tu te laves les mains avec une solution hydro-alcoolique, etc…» Ça ce sont des règles. Par exemple au football, si tu touches la balle avec les mains, on n’a pas le droit. Donc là, si tu vas contre les règles, tu fais une faute. Mais si tu fais un calcul, par exemple, tu vas compter le nombre de petites voitures que tu as. Et puis, il y en a une qui est cachée derrière un coussin. Toi, tu dis : « Il y a 36 petites voitures. » Mais en fait, il y en avait 37. Mais là tu ne fais pas une « faute », là tu fais une « erreur » parce que tu as oublié de compter la petite voiture qui était cachée.  Autrement dit, une  « erreur », on ne fait pas exprès, alors qu’une « faute », on va contre une règle et on le fait exprès. Par exemple, si on me dit de me laver les dents, et moi le soir je ne me les lave pas. Ou alors si on me dit de ne pas me garer à tel endroit, je me gare quand même. Là je fais une faute, parce que je vais contre la règle. Donc, est-ce que les chinois ils ont fait une grosse bêtise ? Probablement il y a certaines personnes qui habitent en Chine, qui sont Chinois, qui ont peut-être décidé quelque chose qu’il ne fallait pas. Ils ont peut-être fait des erreurs. Ou alors, ils n’ont pas respecté des règles et dans ce cas là, ils ont fait une faute. Voilà Raphael, bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Articles récents

Le Prix de la Principauté 2020 a été remis le 13 octobre à Hélène Cixous pour l’ensemble de son oeuvre. Décerné au candidat choisi par les Membres Fondateurs des Rencontres Philosophiques de Monaco, Charlotte Casiraghi, Joseph Cohen, Robert Maggiori et Raphael Zagury-Orly, le Prix de la Principauté est remis conjointement avec la Fondation Prince Pierre…

Lire
Aucun commentaire
14 octobre 2020

L’équipe des Rencontres Philosophiques de Monaco part à la rencontre des libraires. Nathalie Collin, de la bibliothèque philosophique J. Vrin Place de la Sorbonne à Paris, nous propose sa sélection d’ouvrages philosophiques du moment, à découvrir ci-dessous. 

Lire
Aucun commentaire
9 octobre 2020

Le Prix 2020 des Rencontres Philosophiques de Monaco a été remis à Vincent Delecroix pour son ouvrage « Apprendre à perdre » publié en 2019 dans la collection « Bibliothèque Rivages » aux Éditions Payot & Rivages. Attribué par un Jury composé de personnalités philosophiques reconnues, le Prix des Rencontres Philosophiques de Monaco honore un ouvrage de philosophie publié…

Lire
Aucun commentaire
25 septembre 2020

À l'origine des Rencontres ...

Ceci n'est pas une télévision ...

L'actualité philosophique...