Philoblog

Atelier philosophique : « J’étais où avant, je serai où après ? »

Avec l’épisode Photo de famille (Mily Miss Questions)
Dans le cadre des Journées « Les Jeunes philosophent » : LE TEMPS, Mai 2020

 

Philosophons avec nos enfants !

Plus que jamais, prenons le temps de philosopher avec les enfants, offrons-leur des oasis de pensée pour répondre à toutes les questions qu’ils se posent inévitablement en ce temps de crises. Lire, écouter, raconter des histoires permet d’aborder avec délicatesse, poésie et humour des thématiques parfois angoissantes, même pour les adultes. Elles sont une excellente médiation pour philosopher avec les enfants : que ce soit pour les parents ou les enseignants, discuter à partir d’une histoire permet de mettre un peu de distance pour penser sans être envahis par les émotions. La littérature permet ainsi d’approfondir la réflexion, de sortir de l’anecdote et de prendre du recul pour penser de façon plus sereine. Les histoires nous amusent, nous divertissent, nous font voyager, mais elles nous aident aussi et surtout à grandir et à mieux donner sens aux mondes.

 

Quelques pistes philosophiques pour en discuter avec les enfants

« J’étais où avant ma naissance ? », « On va où quand on est mort ? », ces questions universelles sont posées très tôt par les enfants. Les interrogations sur l’origine de la vie, sur l’incertitude de notre sort après la mort sont vertigineuses et sources d’angoisses car elles nous renvoient à notre finitude, au néant, à notre disparition et surtout aussi à celles de nos proches.

Pour tenter de répondre à ces questions métaphysiques, les êtres humains ont élaboré toutes une série de réponses qui cherchent à rassurer et donner sens au tragique de notre condition. Comme nous le montre l’épisode de Mily Miss Questions « Album de famille », ces différentes réponses relèvent tantôt des récits mythologiques, des croyances religieuses, de superstitions populaires ou de récits poétiques (les choux/les roses, les cigognes) ou de théories scientifiques.

Un jeune enfant a d’abord besoin d’être rassuré pour grandir harmonieusement et affronter le monde. Il a donc besoin affectivement de passer par une nécessaire étape de pensée magique qui atténue l’angoisse de séparation et de perte. De la même façon que dans l’histoire de l’Humanité, les Hommes ont d’abord eu besoin de se raconter des récits imaginaires sur l’existence de forces invisibles protectrices (voir l’universalité des cosmogonies sur l’origine et l’au-delà), l’enfant aspire lui aussi à se sentir protégé.

Cependant, ces différentes réponses ne sont pas équivalentes d’un point de vue épistémologique : elles n’ont pas le même degré de certitude et de vérité. Certaines réponses relèvent de l’imagination, d’autres de la croyance, d’autres du savoir. Les discussions avec les enfants sur ces questions de l’origine et de la mort sont ainsi l’occasion de distinguer avec eux ce qui relève de que l’on « raconte » (les mythes, les récits, les fables), de ce que l’on « croit » (les religions) et de ce que l’on « sait » (les connaissances scientifiques).

Sur la question de la mort en particulier, comme le souligne Mily elle-même à la fin de l’épisode, au-delà des croyances particulières ou de l’athéisme, il est essentiel pour tout être humain d’entretenir par la pensée et les rituels le souvenir des êtres aimés disparus.

 

Résumé de l’histoire

La petite sœur de Mily, Lola consulte un album de famille. Elle découvre qu’elle n’est pas sur toutes les photos. Mais où était-elle avant de naître ? Question universelle et angoissante s’il en est ! Mily et Lola vont partir à la recherche de réponses. Pour Luc, le grand frère matérialiste, avant et après il n’y a rien, que de la poussière d’étoiles. Pour Pénélope, la meilleure amie de Mily, cette question est trop angoissante, elle ne veut pas y penser (le philosophe Martin Heidegger disait que la plupart des êtres humains ne veulent pas voir leur mortalité en face…). Enfin les voisins leur apprennent que les Hommes ont construit de tout temps des croyances qui permettent de se rassurer un peu face aux questions des origines et de la mort (comme la réincarnation).

Rentrées à la maison, leur maman leur explique qu’avant de naître, elles étaient son « désir » d’enfant, de la même façon que les morts continuent d’exister dans nos cœurs quand on se souvient d’eux.


Regarder l’épisode

 

Questions de relance pour discuter avec les enfants

Est-ce que tu t’es déjà posé la question de savoir d’où l’on vient et de ce qu’il y a après la mort ?
– Peux-tu résumer les différentes réponses qu’a obtenu Mily ? La réponse de Luc ? La réponse de Pénélope ? La réponse des voisins ? La réponse de sa maman ? Quelle réponse préfères-tu et pourquoi ?
– Pourquoi Pénélope dit que la question est angoissante ? Es-tu d’accord avec elle ?
– Pourquoi c’est difficile de parler de la mort ?
– Peut-on savoir d’où vient la vie ?
– Peut-on savoir ce qu’il y a après la mort ?
– Quelles différences y a-t-il entre croire et savoir ?

 

D’autres lectures pour continuer la réflexion à l’école et à la maison

 


Claude Ponti, L’arbre sans fin, L’école des loisirs
Hippolène a perdu sa grand-mère adorée. Pour faire son deuil, elle va devoir entreprendre un grand voyage symbolique et initiatique à travers « l’arbre sans fin », métaphore de la filiation, des origines.

 


Virginie Jamin, Dans les yeux d’Henriette, Casterman

Un album magnifique sur la transmission qui raconte la rencontre poétique d’Henriette, vieille dame solitaire de 118 ans, et d’Armand, petit garçon partageant le même sentiment de solitude. Au fur et à mesure qu’Henriette conte à Armand des histoires sur le monde, la vieille dame rapetisse et le petit garçon grandit. Jusqu’à ce qu’Henriette disparaisse complètement et laisse à Armand le soin de continuer à raconter des histoires à d’autres enfants… Dans ce récit, la mort n’est pas un scandale car elle intervient au terme d’un cheminement abouti et surtout parce que l’on continue à exister dans le souvenir de ceux qui nous ont aimés.

 


Brigitte Labbé, Michel Puech, La vie, la mort, Editions Milan, « Les Goûters philo »
https://www.editionsmilan.com/livres-jeunesse/documentaires/6-10-ans/la-vie-et-la-mort
À partir de petits récits très ludiques, les auteurs invitent les jeunes lecteurs (et les adultes qui les lisent aussi !) à réfléchir sur la question. L’ouvrage permet de faire le tour de la problématique de façon très synthétique, claire et complète. Un ouvrage très utile pour relancer la discussion. Par exemple sur la diversité des croyances, on peut lire le passage suivant : « En Egypte, il y a très longtemps, les gens construisaient des grandes tombes, comme des maisons, pour mettre les corps des morts. La famille du mort mettait dans la tombe de la nourriture, des habits, des assiettes, des verres, de l’argent. Les Egyptiens mettaient tout ce qu’il faut pour vivre : pour eux, la mort était une autre vie. Ils pensaient que le mort partait faire un grand voyage pour une autre vie, dans des pays inconnus. » (p.31) Questions possibles : est-ce que tu connais d’autres croyances sur la vie après la mort ? Pourquoi y a-t-il autant de croyances ? Pourquoi pense-tu-que les Hommes ont toujours besoin d’imaginer ce qu’il y a après la mort ?

Dans la même collection :
Brigitte Labbé, Pierre-François Dupont-Beurier, Croire et savoir, Editions Milan, coll. « Les Goûters philo »

 


Revue Phileas et Autobule :
« Peut-on toucher à ce qui est sacré ? »
https://www.phileasetautobule.be/sequence/peut-on-toucher-a-ce-qui-est-sacre/
Cette revue de philosophie pour enfants propose des récits et des jeux pour aborder de façon ludique les grandes questions philosophiques.

 

Présentation élaborée avec Edwige Chirouter, philosophe, maitre de conférences HDR à l’Université de Nantes et membre du CREN (Centre de Recherche en Education de Nantes). Spécialiste de Jean-Jacques Rousseau et des liens entre philosophie et littérature, elle applique désormais ses recherches à la pratique de la philosophie avant la Terminale et à l’école primaire en particulier.  Elle est titulaire de la Chaire UNESCO – « Pratiques de la philosophie avec les enfants : une base éducative pour le dialogue interculturel et la transformation sociale ».

 

La série de films animés Mily Miss Questions est produite par Ciel de Paris www.cieldeparisprod.fr

Retrouvez les activités des Journées « Les Jeunes philosophent » sur le site des Rencontres Philosophiques de Monaco http://philomonaco.com/blog 

Avec l’épisode Photo de famille (Mily Miss Questions)
Dans le cadre des Journées « Les Jeunes philosophent » : LE TEMPS, Mai 2020

 

Philosophons avec nos enfants !

Plus que jamais, prenons le temps de philosopher avec les enfants, offrons-leur des oasis de pensée pour répondre à toutes les questions qu’ils se posent inévitablement en ce temps de crises. Lire, écouter, raconter des histoires permet d’aborder avec délicatesse, poésie et humour des thématiques parfois angoissantes, même pour les adultes. Elles sont une excellente médiation pour philosopher avec les enfants : que ce soit pour les parents ou les enseignants, discuter à partir d’une histoire permet de mettre un peu de distance pour penser sans être envahis par les émotions. La littérature permet ainsi d’approfondir la réflexion, de sortir de l’anecdote et de prendre du recul pour penser de façon plus sereine. Les histoires nous amusent, nous divertissent, nous font voyager, mais elles nous aident aussi et surtout à grandir et à mieux donner sens aux mondes.

 

Quelques pistes philosophiques pour en discuter avec les enfants

« J’étais où avant ma naissance ? », « On va où quand on est mort ? », ces questions universelles sont posées très tôt par les enfants. Les interrogations sur l’origine de la vie, sur l’incertitude de notre sort après la mort sont vertigineuses et sources d’angoisses car elles nous renvoient à notre finitude, au néant, à notre disparition et surtout aussi à celles de nos proches.

Pour tenter de répondre à ces questions métaphysiques, les êtres humains ont élaboré toutes une série de réponses qui cherchent à rassurer et donner sens au tragique de notre condition. Comme nous le montre l’épisode de Mily Miss Questions « Album de famille », ces différentes réponses relèvent tantôt des récits mythologiques, des croyances religieuses, de superstitions populaires ou de récits poétiques (les choux/les roses, les cigognes) ou de théories scientifiques.

Un jeune enfant a d’abord besoin d’être rassuré pour grandir harmonieusement et affronter le monde. Il a donc besoin affectivement de passer par une nécessaire étape de pensée magique qui atténue l’angoisse de séparation et de perte. De la même façon que dans l’histoire de l’Humanité, les Hommes ont d’abord eu besoin de se raconter des récits imaginaires sur l’existence de forces invisibles protectrices (voir l’universalité des cosmogonies sur l’origine et l’au-delà), l’enfant aspire lui aussi à se sentir protégé.

Cependant, ces différentes réponses ne sont pas équivalentes d’un point de vue épistémologique : elles n’ont pas le même degré de certitude et de vérité. Certaines réponses relèvent de l’imagination, d’autres de la croyance, d’autres du savoir. Les discussions avec les enfants sur ces questions de l’origine et de la mort sont ainsi l’occasion de distinguer avec eux ce qui relève de que l’on « raconte » (les mythes, les récits, les fables), de ce que l’on « croit » (les religions) et de ce que l’on « sait » (les connaissances scientifiques).

Sur la question de la mort en particulier, comme le souligne Mily elle-même à la fin de l’épisode, au-delà des croyances particulières ou de l’athéisme, il est essentiel pour tout être humain d’entretenir par la pensée et les rituels le souvenir des êtres aimés disparus.

 

Résumé de l’histoire

La petite sœur de Mily, Lola consulte un album de famille. Elle découvre qu’elle n’est pas sur toutes les photos. Mais où était-elle avant de naître ? Question universelle et angoissante s’il en est ! Mily et Lola vont partir à la recherche de réponses. Pour Luc, le grand frère matérialiste, avant et après il n’y a rien, que de la poussière d’étoiles. Pour Pénélope, la meilleure amie de Mily, cette question est trop angoissante, elle ne veut pas y penser (le philosophe Martin Heidegger disait que la plupart des êtres humains ne veulent pas voir leur mortalité en face…). Enfin les voisins leur apprennent que les Hommes ont construit de tout temps des croyances qui permettent de se rassurer un peu face aux questions des origines et de la mort (comme la réincarnation).

Rentrées à la maison, leur maman leur explique qu’avant de naître, elles étaient son « désir » d’enfant, de la même façon que les morts continuent d’exister dans nos cœurs quand on se souvient d’eux.


Regarder l’épisode

 

Questions de relance pour discuter avec les enfants

Est-ce que tu t’es déjà posé la question de savoir d’où l’on vient et de ce qu’il y a après la mort ?
– Peux-tu résumer les différentes réponses qu’a obtenu Mily ? La réponse de Luc ? La réponse de Pénélope ? La réponse des voisins ? La réponse de sa maman ? Quelle réponse préfères-tu et pourquoi ?
– Pourquoi Pénélope dit que la question est angoissante ? Es-tu d’accord avec elle ?
– Pourquoi c’est difficile de parler de la mort ?
– Peut-on savoir d’où vient la vie ?
– Peut-on savoir ce qu’il y a après la mort ?
– Quelles différences y a-t-il entre croire et savoir ?

 

D’autres lectures pour continuer la réflexion à l’école et à la maison

 


Claude Ponti, L’arbre sans fin, L’école des loisirs
Hippolène a perdu sa grand-mère adorée. Pour faire son deuil, elle va devoir entreprendre un grand voyage symbolique et initiatique à travers « l’arbre sans fin », métaphore de la filiation, des origines.

 


Virginie Jamin, Dans les yeux d’Henriette, Casterman

Un album magnifique sur la transmission qui raconte la rencontre poétique d’Henriette, vieille dame solitaire de 118 ans, et d’Armand, petit garçon partageant le même sentiment de solitude. Au fur et à mesure qu’Henriette conte à Armand des histoires sur le monde, la vieille dame rapetisse et le petit garçon grandit. Jusqu’à ce qu’Henriette disparaisse complètement et laisse à Armand le soin de continuer à raconter des histoires à d’autres enfants… Dans ce récit, la mort n’est pas un scandale car elle intervient au terme d’un cheminement abouti et surtout parce que l’on continue à exister dans le souvenir de ceux qui nous ont aimés.

 


Brigitte Labbé, Michel Puech, La vie, la mort, Editions Milan, « Les Goûters philo »
https://www.editionsmilan.com/livres-jeunesse/documentaires/6-10-ans/la-vie-et-la-mort
À partir de petits récits très ludiques, les auteurs invitent les jeunes lecteurs (et les adultes qui les lisent aussi !) à réfléchir sur la question. L’ouvrage permet de faire le tour de la problématique de façon très synthétique, claire et complète. Un ouvrage très utile pour relancer la discussion. Par exemple sur la diversité des croyances, on peut lire le passage suivant : « En Egypte, il y a très longtemps, les gens construisaient des grandes tombes, comme des maisons, pour mettre les corps des morts. La famille du mort mettait dans la tombe de la nourriture, des habits, des assiettes, des verres, de l’argent. Les Egyptiens mettaient tout ce qu’il faut pour vivre : pour eux, la mort était une autre vie. Ils pensaient que le mort partait faire un grand voyage pour une autre vie, dans des pays inconnus. » (p.31) Questions possibles : est-ce que tu connais d’autres croyances sur la vie après la mort ? Pourquoi y a-t-il autant de croyances ? Pourquoi pense-tu-que les Hommes ont toujours besoin d’imaginer ce qu’il y a après la mort ?

Dans la même collection :
Brigitte Labbé, Pierre-François Dupont-Beurier, Croire et savoir, Editions Milan, coll. « Les Goûters philo »

 


Revue Phileas et Autobule :
« Peut-on toucher à ce qui est sacré ? »
https://www.phileasetautobule.be/sequence/peut-on-toucher-a-ce-qui-est-sacre/
Cette revue de philosophie pour enfants propose des récits et des jeux pour aborder de façon ludique les grandes questions philosophiques.

 

Présentation élaborée avec Edwige Chirouter, philosophe, maitre de conférences HDR à l’Université de Nantes et membre du CREN (Centre de Recherche en Education de Nantes). Spécialiste de Jean-Jacques Rousseau et des liens entre philosophie et littérature, elle applique désormais ses recherches à la pratique de la philosophie avant la Terminale et à l’école primaire en particulier.  Elle est titulaire de la Chaire UNESCO – « Pratiques de la philosophie avec les enfants : une base éducative pour le dialogue interculturel et la transformation sociale ».

 

La série de films animés Mily Miss Questions est produite par Ciel de Paris www.cieldeparisprod.fr

Retrouvez les activités des Journées « Les Jeunes philosophent » sur le site des Rencontres Philosophiques de Monaco http://philomonaco.com/blog 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Articles récents

The fifth episode of a Podcast series by Avital Ronell, philosopher in residence in Monaco.

Lire
Aucun commentaire
3 juin 2020

La peste dans le frontispice : Hobbes et l’ombre de l’épidémie dans l’État par Jean-Claude Monod pour le Cahier du (dé)confinement

mars-avril-mai-juin 2020

Lire
Aucun commentaire
2 juin 2020

« Le poumon, vous dis-je ! » ou les signaux faibles d’un faux positif par Bertrand Quentin pour le Cahier du (dé)confinement

mars-avril-mai-juin 2020

Lire
Aucun commentaire
2 juin 2020

À l'origine des Rencontres ...

Ceci n'est pas une télévision ...

L'actualité philosophique...